GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 12 Octobre
Dimanche 13 Octobre
Lundi 14 Octobre
Mardi 15 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 17 Octobre
Vendredi 18 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Inquiétudes à Washington après la nouvelle escalade verbale entre Trump et Kim

    media «Le président prend très au sérieux la sécurité des Américains», a déclaré le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson. REUTERS/Aaron P. Bernstein

    L'escalade verbale entre Donald Trump et Kim Jong-un a atteint des sommets ce vendredi. Après une attaque très personnelle lancée par le leader nord-coréen contre le président américain, ce dernier a vivement réagi sur Twitter comme à son habitude, et dès le lever du jour. Des échanges qui illustrent une tension croissante entre les deux pays. Ce qui inquiète les experts.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne Corpet

    C'est un échange de noms d'oiseaux peu habituel entre chefs d'Etat. « Kim Jong-un de Corée du Nord est visiblement fou. Il sera mis à l'épreuve comme jamais auparavant », a lancé le président américain sur Twitter.

    Un peu plus tôt leleader nord-coréenavait traité Donald Trump d'homme « sénile, dérangé mentalement ». Une déclaration accompagnée de menaces : la Corée du Nord a fait savoir qu'elle envisage de faire exploser une bombe à hydrogène au-dessus du Pacifique.

    A Washington, les commentateurs commencent à s'inquiéter de cette escalade verbale qu'ils jugent indigne et surtout risquée.

    « On ne devrait pas s'engager dans une guerre des mots comme cela. Cela ne nous aide pas, cela ne conduit nulle part. Et si cela nous mène vers un essai de bombe à hydrogène, alors la partie est terminée. On ne veut pas que cela arrive », assure Wesley Clark, ancien commandant en chef de l'Otan.

    Interrogé sur la pertinence de cette surenchère verbale, le secrétaire d'Etat américain est resté évasif. « Le président prend très au sérieux la sécurité des Américains », a déclaré Rex Tillerson avant d'ajouter « mais nous ne sommes pas seuls, nous avons de nombreux alliés. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.