GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Octobre
Samedi 14 Octobre
Dimanche 15 Octobre
Lundi 16 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Octobre
Jeudi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Haïti: la réforme fiscale peut-elle calmer les tensions?

    media L'opposition a manifesté mercredi 20 septembre 2017 pour demander le départ du président Jovenel Moïse. REUTERS/Jeanty Junior Augustin

    En Haïti, le climat politico-social reste tendu. L'opposition manifeste régulièrement dans les rues des principales villes du pays pour dénoncer le budget national qualifié de « criminel » car il profiterait aux plus aisés. Ce même budget, qui a été validé par le Parlement, est aussi largement critiqué par les économistes. Ces derniers redoutent une aggravation de l'endettement. Cette loi de finances doit entrer en application le 1er octobre 2017, mais pour apaiser la colère populaire, l'exécutif propose déjà une réforme fiscale.

    Avec notre correspondante à Port-au-PrinceAmélie Baron

    Le Conseil des ministres a décidé de réviser les tranches d'imposition sur le revenu en Haïti. Selon le projet de loi du gouvernement, tout contribuable gagnant moins de 120 000 gourdes par an ne sera pas imposable. Actuellement, tout revenu supérieur à 60 000 gourdes annuel est assujetti à l'impôt.

    La mesure peut paraître extrême mais ce doublement de la fourchette basse du système d'imposition vient avant tout compenser en urgence des années de dévaluation de la monnaie nationale, une urgence que le gouvernement n'avait malheureusement pas identifiée cet été, sinon cette mesure aurait pu alors être intégrée au nouveau budget.

    Les opposants réclament le départ immédiat du pouvoir de Jovenel Moïse

    Il faut savoir qu'aujourd'hui, 120 000 gourdes équivalent à seulement 1 600 euros, ce qui signifie un revenu mensuel d'environ 130 euros. Donc, tout centime gagné en plus sur une année sera taxé à 10 % car les taux d'imposition, eux, restent inchangés et le minimum est de 10 %.

    Si ce projet de loi est validé par le Parlement - il y a de fortes chances, vu que la majorité est acquise à la présidence -, cela ne suffira pas à apaiser la colère des opposants qui réclament désormais dans les rues le départ immédiat du pouvoir de Jovenel Moïse.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.