GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Octobre
Samedi 21 Octobre
Dimanche 22 Octobre
Lundi 23 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 25 Octobre
Jeudi 26 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Chine: clôture officielle ce matin du 19ème Congrès du parti communiste, les délégués viennent d'élire les 205 membres du Comité central
    • Rohingyas: Washington annonce des mesures contre l'armée birmane
    Amériques

    Après la fusillade, Las Vegas veut retrouver la frénésie de son quotidien

    media Une patrouille de police sur le «Strip» de Las Vegas, le 3 octobre 2017. REUTERS/Lucy Nicholson

    Mardi, la police a donné une conférence de presse livrant plus de détails sur la nature de l’armement du tueur et sur la durée de la fusillade. Les habitants, eux, veulent entretenir l’image sulfureuse de leur ville, sans pour autant oublier.  

    Avec notre envoyé spécial à Las Vegas, Eric de Salve

    Dans le centre de Las Vegas, la vie reprend fébrilement son court. Avec presque un semblant de normalité. Sur le « Strip », cette fameuse avenue principale ou sont alignés tous les casinos, les touristes la musique et les animations sont de retour après les veillées nocturnes à la bougie la veille.

    « Je ne suis pas venue travailler hier mais aujourd’hui nous sommes de retour, témoigne ainsi Sarah, une « showgirl » se faisant prendre en photo à demi nue avec des touristes pour quelques dollars. Je pense qu’hier c’était malvenu de venir avec cette tenue excentrique alors que tant de gens sont tristes. Mais Vegas est censée être la capitale de la fête, et nous voulons que le monde se souvienne de Vegas comme la ville du bonheur et pas de ce qu’il s’est passé l’autre soir. »

    Mais pour Tyler, un habitué du « Strip », les habitants comme les touristes n'oublient pas pour autant. « Les gens sont là, c’est normal, c’est la ville du vice, la vie continue. C’est une ville qui fait des milliards donc personne ne va jamais empêcher ça. Mais c’est dans tous les esprits. Tout le monde en parle. Et le simple fait de voir l’hôtel Madalay Bay nous rappelle ce qu’il s’est passé. Et comme beaucoup ici, je suis encore consterné. »

     → A (RE)LIRE : Las Vegas: comme après chaque tuerie, le débat sur le port d'armes ressurgit

    Dans les casinos, les joueurs misent toujours frénétiquement sur leurs machines à sous. Sue est une habituée de ces places de jeux. Elle est confortablement installée sur sa machine mais juge pourtant ce retour à la normale un peu rapide.

    « J’étais là ce soir-là et dès le lendemain, tout est revenu à la normale très rapidement. C’est triste. C’est comme s’il ne s’était rien passé. Je pense qu’il devrait y avoir un peu plus de respect pour les gens qui ont perdu la vie. »

    Les concerts qui avaient été annulés commencent à reprendre. La chanteuse Celine Dion se produisait d’ailleurs hier soir. Dans le centre de Las Vegas, seuls les immense panneaux rendant hommage aux 59 tués et plus de 500 blessés rappellent qu’il y a seulement deux jours, la ville de la fête était frappé par l’une des pires tueries de l’histoire américaine.

    Neuf à onze mintes d'effroi

    L’enquête, elle, avance doucement. Selon la police, le tueur a ouvert le feu pendant 9 à 11 minutes sur les 22 OOO spectateurs situés 400 mètres en contrebas. L’attaque a été minutieusement préparée. Dans sa suite du 32e étages de l’hôtel Mandalay Bay, Stephen Paddock est parvenu à installer plusieurs cameras et à monter un armement impressionnant de 23 fusils et une dizaine de valises sans éveiller le moindre soupçon. La moitié de ses armes avaient été transformées en toute légalité grâce à un dispositif permettant de les rendre automatiques, permettant donc de faire plus de victime.

    En tout, dans ses trois domiciles, 47 fusils ont été retrouvés ainsi que des explosifs et des milliers de munitions. En revanche, le shérif a refusé de donner des informations sur la durée de l’intervention policière avant la découverte du corps du tueur qui s’est vraisemblablement suicidé.

    Concernant les motivations de cet ancien comptable retraité très porté sur les jeux d’argent, les enquêteurs disent n’écarter aucune piste sans avoir encore toutes les réponses. Ils semblent espérer en obtenir de sa petite amie, une Australienne d’origine philippine qualifiée de « témoin d’intérêt pour l’enquête » et qui sera bientôt de retour aux Etats-Unis.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.