GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 9 Décembre
Dimanche 10 Décembre
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Incendies en Californie: plutôt mourir que d'abandonner sa maison

    media Ce couple d'habitants de Santa Rosa revient sur l'endroit où s'élevait sa maison, quelques heures auparavant, le 10 octobre 2017. REUTERS/Stephen Lam

    Quinze morts, des dizaines de milliers d’hectares ravagés : les incendies monstres ne sont toujours pas maîtrisés en Californie. Ils touchent des zones urbaines comme Santa Rosa. Plusieurs quartiers de cette ville de 170 000 habitants ont été détruits par les flammes.

    Avec notre envoyé spécial à Santa Rosa,  Eric de Salve

    Au milieu des sirènes, des dernières flammes et des cendres fumantes de son magasin, Shirley cherche à récupérer ce qui peut l’être. De son armurerie, il ne reste plus rien, si ce n'est quelques fusils en partie fondus. Plus rien du supermarché et du restaurant juste à côté, entièrement calcinés. « Les pompiers ont travaillé nuit et jour, ils ont été formidables, positive Shirley. Mais tout s’est enflammé comme une allumette. Je ne sais pas quoi dire, j’ai tout perdu. Tout est parti », poursuit-elle, accablée face au désastre.

    Dans cette rue de Santa Rosa, quinze maisons ont brûlé. « Et encore, nous avons eu de la chance : à côté, ils en ont perdu 75 et de l’autre côté de la route une cinquantaine », relativise Roy, un habitant. Le feu est venu de la colline en face traversant les huit voies d’une autoroute, propulsé par le vent. Roy est un miraculé. Quand les flammes sont arrivées, il a refusé de quitter sa maison. Mais le feu s’est arrêté au pied de sa porte. « Non, je n'ai pas voulu partir pour sauver tout ça. Toute ma vie est ici. Les flics sont venus trois fois pour évacuer tout le monde. Ils ont presque défoncé les portes. Moi je suis resté pour tout arroser pour que cela ne prenne pas feu. Mon Dieu, tout était en feu. Les braises tombaient au sol. C’était dur, vraiment dur », témoigne-t-il, encore choqué, de son propre aveu.

    Dans ces incendies monstres qui ravagent le nord de la Californie, beaucoup sont morts ainsi, en refusant l’évacuation espérant sauver leur logement du feu. Le bilan humain fait état de 15 morts, mais reste provisoire, d'autant que l'incendie poursuit sa route, poussé par des vents qui pourraient redoubler de puissance ce mercredi. Cent cinquante personnes ne sont toujours pas localisées, selon le Washington Post. Quelque 4 000 personnes, pompiers, secouristes, associations non gouvernementales, bénévoles et militaires de la garde nationale californienne sont mobilisés dans cette lutte contre le feu.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.