GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 17 Novembre
Lundi 18 Novembre
Mardi 19 Novembre
Mercredi 20 Novembre
Aujourd'hui
Vendredi 22 Novembre
Samedi 23 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le modèle économique de Facebook et Google est une «menace» pour les «droits humains», selon Amnesty
    • Séisme de magnitude 6,1 dans le nord-ouest du Laos
    Amériques

    Etats-Unis: Donald Trump ne certifiera pas l'accord sur le nucléaire iranien

    media Donald Trump à la maison Blanche le 13 octobre 2017. REUTERS/Kevin Lamarque

    Le président américain Donald Trump a annoncé ce vendredi 13 octobre qu'il refusait de certifier l'accord sur le nucléaire iranien, le dénonçant comme « l'un des pires » qui soit et a martelé que Téhéran n'en respectait pas l'esprit.

    Avec notre correspondante à Washington,Anne Corpet

    Donald Trump a annoncé ce vendredi qu'il ne certifierait pas l'accord sur le nucléaire iranien suite à ce que le président américain juge être de la part de la république islamique « de multiples violations de l'accord ». Menaçant d'annuler la participation des Etats-Unis « à tout moment », il a appelé les parlementaires américains mais aussi les autres pays signataires - Russie, Chine, France, Allemagne, Royaume-Uni, à faire preuve de plus de fermeté vis-à-vis de Téhéran.

    Le président américain a usé de mots très durs contre l’Iran, qualifié de dictature fanatique, de parrain principal du terrorisme dans le monde, et une nouvelle fois martelé que l’accord sur le nucléaire iranien était le pire accord jamais signé par Washington. 

    Donald Trump menace de se retirer de l'accord

    Avec cet accord, « nous avons obtenu de faibles inspections en échange de rien de plus que de repousser, purement à court terme et temporairement, l'avancée de l'Iran vers l'arme nucléaire. Quel est le sens d'un accord qui ne fait que retarder la capacité nucléaire pour une courte période ? Ceci est inacceptable pour le président des Etats-Unis », a déclaré Donald Trump à la Maison Blanche en dévoilant sa décision sur cet accord emblématique de la présidence Obama.

    Mais pour agir, le président américain renvoie la balle au Congrès qui doit se prononcer dans les 60 jours sur la mise en place de nouvelles sanctions. Donald Trump s’est fait menaçant : si le congrès ne parvient pas à se mettre d’accord sur un dispositif satisfaisant a-t-il précisé, les Etats-Unis se retireront de l’accord. « Notre participation peut être annulée par moi, en tant que président, à tout moment », a-t-il insisté.

    Une décision saluée par Israël via la voix de son Premier ministre, Benyamin Netanyahu, qui a tenu à féliciter Donald Trump pour ce qu'il juge être une « décision courageuse ». Dans une déclaration commune, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni se sont quant à eux dits « préoccuppés » par la décision américaine.

    Rohani dénonce un discours «plein d'allégations sans fondement»

    Dans une allocution télévisée le président iranien Hassan Rohani a répondu à son homologue américain. Les Etats-Unis « sont plus seuls que jamais dans leurs complots contre le peuple iranien », a-t-il estimé en réaction à la nouvelle « stratégie » américaine vis-à-vis de Téhéran dévoilée par Donald Trump.

    « L'accord nucléaire n'est amendable ni par un article, ni par une note. Le grand peuple iranien a vu que pour la première fois les Etats-Unis ont pris position contre un accord multilatéral international, et immédiatement les grandes puissances et l'Union européenne ont pris position contre les Etats-Unis », a déclaré le président iranien.

    Dans une déclaration officielle, le ministère des Affaires étrangères a affirmé que l’Iran ne sera pas le premier à sortir de l’accord nucléaire, mais que si les droits et les intérêts de l’Iran n’étaient pas assurés, Téhéran n’hésitera pas à reprendre les activités nucléaires pacifiques, sans aucune limite, rapporte notre correspondant à Téhéran, Siavosh Ghazi.

    Enfin, le président Rohani a pris la défense des Gardiens de la révolution, qualifiés de héros nationaux, alors que les Etats-Unis ont imposé des sanctions contre l’armée d’élite iranienne. Il a ajouté que l’Iran allait continuer sa politique dans la région, notamment en soutenant le gouvernement syrien et irakien jusqu’à la destruction totale des groupes terroristes et rebelles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.