GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Novembre
Mardi 12 Novembre
Mercredi 13 Novembre
Jeudi 14 Novembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Novembre
Dimanche 17 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Italie: à Venise, la place Saint-Marc fermée à cause d'une nouvelle inondation
    • Reconnaissance faciale en France: la Cnil dit oui à l'expérimentation mais dans un cadre strict
    • L'Irak «ne sera plus le même» après la contestation (ayatollah Sistani)
    • La justice française remet en liberté Vincenzo Vecchi, réclamé par les autorités italiennes
    • Pékin accuse Londres de «jeter de l'huile sur le feu» après l'agression d'une ministre hongkongaise
    • Chutes de neige en France: 300 000 foyers privés d'électricité dans quatre départements (Enedis)
    • Le président lituanien gracie deux espions russes (officiel)
    Moyen-Orient

    Le refus américain de certifier l'accord avec l'Iran inquiète les diplomates

    media Comme prévu, Donald Trump a annoncé son refus de certifier l'accord sur le nucléaire iranien, ce vendredi 13 octobre à Washington. REUTERS/Kevin Lamarque

    Le président Donald Trump a annoncé vendredi 13 octobre - comme attendu - son refus de certifier l’accord sur le nucléaire iranien. Sa décision fait évidemment beaucoup réagir aux Nations unies, où cet accord avait été formellement endossé par une résolution du Conseil de sécurité. Les diplomates regrettent un choix qui ouvre une grande période d’incertitude. Désormais, la communauté internationale attend de voir quel sera le prochain mouvement du Congrès.

    Le refus de Donald Trump de certifier l’accord iranien signe-t-il sa mort ? Certains diplomates s’inquiètent, à l’abri des micros, pour sa survie. Matthew Rycroft, le représentant de la Grande Bretagne – pourtant fidèle alliée de Washington – regrette le choix du président américain.

    Il se déclare « inquiet des implications qui résultent de cette décision parce que [le Royaume-Uni reste] partie de cet accord ». Contrairement à Donald Trump, il défend « un bon accord qui aide à améliorer la sécurité internationale » et veut « qu’il reste en vigueur », rapporte notre correspondante à New-York, Marie Bourreau.

    Ban Ki-moon, secrétaire général au moment de la signature de cet accord en 2015, s’est également joint au concert de critiques : « c’est un accord très important et je suis vraiment désolé de voir ce qui arrive maintenant ».

    La balle dans le camp du Congrès

    Les diplomates attendent à présent les 60 jours alloués au Congrès – qui doit se prononcer sur la mise en place de nouvelles sanctions – pour décider si les Américains violent officiellement la résolution du Conseil de sécurité qui encadre cet accord nucléaire.

    Les républicains, qui avaient massivement dénoncé la conclusion de l’accord, semblent finalement peu pressés de voter des mesures qui risquent d’enterrer un texte patiemment négocié sous l’égide de la communauté internationale. Certains admettent publiquement qu’il serait peu prudent de se désengager unilatéralement.

    Côté démocrate, les élus sont déterminés à sauvegarder un accord qu’ils considèrent comme un héritage phare du président Obama. Le scénario envisagé consisterait à prévoir des sanctions qui ne seraient activées qu’en cas d’actions jugées menaçantes de la part de l’Iran, rapporte notre correspondante à Washington, Anne Corpet.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.