GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 5 Décembre
Jeudi 6 Décembre
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Aujourd'hui
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: élections régionales au Venezuela, le parti au pouvoir s'impose

    media Le président vénézuelien Nicolas Maduro lors d'un meeting après l'annonce des résultats des élections régionales, le 15 octobbre 2017. REUTERS/Miraflores Palace/Handout

    Les résultats de ces élections et la victoire de dix-sept candidats du parti au pouvoir sont à la Une de toute la presse (le PSUV remporte dix-sept provinces, l’opposition cinq et un résultat sont toujours en ballottage). Si Ultimas Noticias, quotidien proche du pouvoir, parle de « victoire écrasante » en Une, El Universal a choisi de garder ses distances avec un titre très neutre : « Le Conseil national électoral donne dix-sept provinces au PSUV [le parti chaviste], l’opposition, elle, ne reconnaît pas les résultats ». Si le gouvernement appelle la communauté internationale à reconnaître les résultats, la MUD, la coalition de l’opposition réclame des vérifications, même dans les 5 Etats qu’elle a remportés précise El Universal.

    Pour Ultimas Noticias, la victoire la plus significative est celle dans l’État de Miranda, « les joyaux de la couronne », selon le quotidien. Dans les pages de ce quotidien, Tibisay Lucena, la présidente du CNE, le Conseil national électoral, n’hésite pas à déclarer qu’avec ce processus électoral le Venezuela prouve à qui en doutait le niveau de la démocratie dans la république bolivarienne, une journée qui s’est déroulée dans la paix et sans problème, selon elle.

    Une vision totalement opposée à celle de l’opposition qui dénonce des fraudes. C’est l’un des titres en Une du Nuevo Herald, le quotidien floridien en langue espagnole. L’opposition estime que ce scrutin est une fraude monumentale et, selon El Nacional, elle préparerait déjà des actions dans la rue. Une opposition qui était plutôt optimiste durant la journée de dimanche, mais qui a déchanté une fois les résultats annoncés par la présidente du CNE, détaille El Nuevo Herald. Selon El Nacional, la MUD ne dispose pas des mêmes chiffres que le CNE. Du coup tous les candidats de l’opposition vont demander un nouveau décompte.

    La MUD qui dénonce également des manœuvres d’intimidation à l’encontre de candidats, des pressions exercées par des groupes violents proches du pouvoir, des modifications de dernières minutes dans les bureaux électoraux et tout un tas d’autres manœuvres visant à fausser le scrutin, selon El Nuevo Herald. Des élections qui annoncent une future crise aux conséquences inconnues, estime le quotidien colombien El Tiempo. La presse colombienne qui, à l’image du reste de la presse continentale, revient largement sur ces élections régionales au Venezuela.

    Élections législatives sous haute tension en Argentine

    Le scrutin est prévu dimanche prochain alors qu’une vague de fausses alertes à la bombe fait rage dans la province de Buenos Aires, ce qui inquiète les autorités. Une information que l’on retrouve en Une de La Nacion. Si d’un côté le camp de l’ancienne présidente Cristina Kirchner annonce déjà des fraudes massives dimanche prochain, fraudes qui, bien entendu, lui seraient défavorables, les autorités, elles, craignent cette vague d’alerte à la bombe, détaille le quotidien. Du coup, des mesures de sécurité supplémentaires vont être mises en œuvre, par exemple le déploiement de l’armée dans les bureaux de vote.

    Depuis le début du mois de septembre, 2 800 fausses alertes à la bombe ont été répertoriées principalement dans des écoles de la province de Buenos Aires, c’est-à-dire là où seront installés les bureaux de vote dimanche prochain. Des alertes la plupart du temps déclenchées par des appels anonymes, mais qui s’avèrent être l’œuvre le plus souvent d’élèves qui ne veulent pas aller en cours, détaille Clarin. Le problème et ce que veulent justement éviter les autorités, c’est qu’en Argentine chaque alerte à la bombe implique une évacuation et une fouille minutieuse, ce qui prend du temps et pourrait nuire au bon déroulement du scrutin. Et selon Clarin, les autorités ont même acheté au FBI des programmes informatiques pour tenter de mettre fin ou tout du moins de freiner cette vague de fausses alertes avant le scrutin de dimanche prochain.

    Le fléau des opioïdes aux États-Unis

    Une crise des opioïdes ravage le pays depuis des décennies. Une crise contre laquelle l’Etat ne semble rien faire et qui a déjà fait plus de deux cent mille morts, selon le Washington Post qui publie un large dossier sur ce thème aujourd’hui considéré comme l’un des pires fléaux aux États-Unis. Il s’agit de personnes dépendantes de médicaments à base d’opiacé, qui en consomment de plus en plus et qui finissent par mourir d’overdoses dans de nombreux cas.

    En cause, selon le quotidien, la politique menée par les lobbys pharmaceutiques et la complicité de certains élus du Congrès qui empêchent la DEA, l’agence anti-drogue américaine, de lutter contre ce fléau en lui retirant par exemple de nombreuses prérogatives. Résultat, en 2015 : cinquante-cinq mille personnes sont décédées d’overdoses médicamenteuses. Et la tendance est à la hausse prévient le quotidien. Un fléau qui a fait trois fois plus de morts que la guerre du Vietnam détaille le Washington Post.

    Larry Flynt s’offre une pleine page dans le Washington Post

    Le célèbre éditeur, producteur et fondateur du magazine pornographique Hustler a fait publier une offre très particulière ce dimanche dans le Washington Post. Personnage haut en couleur et connu dans le monde entier suite au film éponyme, Larry Flynt offre dix millions de dollars à quiconque fournirait des informations compromettantes sur le président Donald Trump, des informations qui pourraient permettre l’ouverture d’une procédure de destitution et donc le départ de Donald Trump de la Maison Blanche, précise le quotidien La Presse.

    « Je ne m’attends pas à ce que les potes milliardaires de Trump le dénoncent, mais je suis confiant dans le fait qu’il y a beaucoup de gens qui savent des choses et pour qui dix millions de dollars représentent beaucoup d’argent », écrit Larry Flynt dans cette publicité pleine page dans le Washington Post. C’est la première fois depuis le début du mandat de l’actuel président américain qu’une telle initiative est lancée.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.