GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 11 Décembre
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Venezuela: l'opposition groggy après sa défaite annoncée aux régionales

    media Les dirigeants de la coalition d'opposition vénézuélienne MUD, le 15 octobre 2017 à Caracas après l'annonce des résultats des régionales. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Les Vénézuéliens étaient appelés aux urnes, dimanche 15 octobre, pour élire les 23 gouverneurs du pays. Alors qu'un Etat reste en ballotage, les chavistes en ont raflé 17 autres, contre cinq pour l'opposition d'après les autorités électorales. Un candidat pro-gouvernement a notamment réussi à s'emparer de l'Etat de Miranda, tout un symbole. Le camp du président Nicolas Maduro savoure. L'opposition est sonnée.

    Avec notre correspondant à Caracas,  Julien Gonzalez

    L'Etat de Miranda comprend quatre des cinq municipalités de la capitale du Venezuela. Mais c'était surtout, il y a encore deux jours, le fief du gouverneur Henrique Capriles, candidat de l'opposition lors des deux dernières présidentielles. Dimanche, la Table de l'unité démocratique (MUD, opposition) l'a perdu.

    Les régionales du 15 octobre intervenaient après quatre mois de manifestations à l'appel de l'opposition vénézuélienne. Des mouvements en marge desquels 125 personnes ont perdu la vie. Puis il y avait eu l'élection d'une Assemblée constituante en juillet, boycottée par l'opposition, qualifiée de « coup d'Etat ».

    Lundi, l'opposition persiste et signe : elle conteste les résultats du CNE

    A Caracas, les camps restent complètement braqués après les scrutins du week-end. Résidant sur l'avenue Francisco de Miranda, un des épicentres des protestations de cette année, Luis ne cache pas sa colère contre le Conseil national électoral (CNE). Sa confiance dans le système électoral s'est envolée.

    « J'ai clairement l'impression que mon vote a été volé. La grande majorité du peuple est contre les candidats du gouvernement, a fortiori dans l'Etat de Miranda qui est d'opposition, parce que ce sont les chavistes qui sont à l'origine de la misère qu'il y a en ce moment dans le pays », considère-t-il.

    Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, à 30 kilomètres de là, plus à l'est, Mirna savoure au contraire sa joie. Pour cette électrice de Guarenas, mairie chaviste où l'opposition l'avait emporté aux dernières législatives, le peuple a donné ce dimanche « un vote de confiance au gouvernement ».

    « C'était important de gagner l'Etat de Miranda parce que le monde avait les yeux sur lui à cause d'Henrique Capriles. En huit ans, il n'a jamais rien fait pour le peuple ! Aujourd'hui, la carte des régions est toute rouge et ça me fait très plaisir parce que les candidats chavistes ont travaillé pour ce triomphe », dit-elle.

    Dans cet Etat, comme dans le reste du pays, au lendemain de l'annonce des résultats, l'opposition semblait complètement sonnée. Ce n'est d'ailleurs qu'en fin de journée, lundi, qu'elle a pris la parole pour persister et signer, comme dimanche soir, sur sa ligne de contestation des résultats du CNE.

    Le passage obligé devant la Constituante pour les nouveaux gouverneurs

    L'opposition ne reconnaît donc pas plus l'issue de ces régionales qu'elle ne reconnaît la Constituante de juillet. Pourtant, y compris dans les cinq endroits où elle l'a emporté, le président Maduro avait prévenu en amont que les nouveaux élus devraient rapidement prêter serment devant cette assemblée. Ils refusent.

    Les accusations contre le gouvernement et le CNE ne manquent pas. Dans son communiqué, l'opposition dénonce notamment le déplacement de bureaux de vote dans les heures qui ont précédé le scrutin, une décision qui aurait touché « plus de 700 000 Vénézuéliens » d'après ses chiffres.

    Face à des cas qualifiés « de fraudes et d'irrégularités », l'opposition exige une vérification de tout le processus électoral, « un audit complet qui devra se faire, précise-t-elle, avec une vérification internationale fiable ». Pas de quoi empêcher le Parti socialiste unifié du Venezuela (PSUV) et les pro-Maduro de tacler.

    La présidente de l'Assemblée constituante, Delcy Rodriguez, balaie ainsi les accusations de fraude, et assure que « toutes les garanties prévues par les lois de la République ont été respectées ». Avant de préciser que les nouveaux élus auront bien l'obligation de prêter serment ce mardi devant son assemblée.

    → Réécouter : Au Venezuela, le parti présidentiel s’impose aux élections régionales

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.