GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Le Japon prévoit un budget record de 46 milliards de dollars pour renforcer sa défense antimissile contre la menace nord-coréenne (Nikkei)
    • Inde: Rahul Gandhi devient le président du parti du Congrès (opposition)
    Amériques

    Un romancier américain postmoderne primé par le Man Booker Prize 2017

    media Le lauréat du Man Booker Prize 2017, George Saunders, présente son livre primé aux journalistes, lors de la soirée de remise du prix à Londres, le 16 octobre 2017. Chris J. Ratcliffe/AFP

    George Saunders, le lauréat du prestigieux prix britannique Man Booker Prize 2017,  est peu connu en France. Venu tardivement à la littérature, cet Américain s’est fait connaître en publiant des nouvelles. Son roman primé par le jury londonien Lincoln in the Bardo raconte la mort tragique à l’âge de 11 ans du fils d’Abraham Lincoln à travers une narration originale et polyphonique.

    Le prix littéraire anglophone Man Booker 2017 (équivalent du Goncourt britannique) vient d’être décerné à l’auteur américain George Saunders pour son premier roman Lincoln in the Bardo (Bloomsbury Publishers). Saunders est le deuxième romancier américain, après Paul Beatty l’année dernière, à remporter cette récompense prestigieuse, dotée de £ 52 500 (équivalent de 58 800 euros).

    Parti favori dans les prévisions des bookmakers londoniens parmi les six ouvrages en lice, le roman de Saunders qui raconte, mêlant l’histoire et la fiction, un épisode douloureux dans la vie du président américain Abraham Lincoln, a remporté la conviction du jury. « La forme et le style de ce roman profondément original donnent naissance à un récit spirituel, intelligent et extrêmement émouvant », a déclaré la baronesse Lola Young, présidente du jury du Man Booker 2017.

    Créée en 1969, ce prix  a récompensé dans le passé de futurs grands noms des lettres mondiales comme Margaret Atwood, Salman Rushdie, V.S. Naipaul, Kazuo Ishiguro ou John Coetzee. Initialement réservé aux auteurs des îles britanniques et du Commonwealth, ce prix a vu son périmètre élargi depuis 2014 pour inclure les romanciers anglophones d’outre-Atlantique. Au grand dam d’ailleurs des acteurs du monde littéraire britannique qui rappellent que la compétition pour les prix littéraires américains tels que le Pulitzer et le National Book Award n’est pas ouverte aux non-nationaux.

    Qui ?

    Qui est George Saunders ? D’origine texane et âgé de 58 ans, Saunders s’est fait connaître en publiant de la fiction brève. Pour le romancier britannique Hari Kunzru qui, dans The Guardian, a rendu compte du roman primé de son confrère lors de sa sortie en Angleterre en début d’année, Saunders est « le maître de l’art de la nouvelle aux Etats-Unis ». Géophysicien de formation, l’homme est venu tardivement à la littérature, après avoir exercé son talent dans le domaine des essais scientifiques et techniques. Il a à son actif quatre recueils de nouvelles, deux novellas ou romans brefs et de nombreux essais sur la littérature et des sujets divers.

    Si l’on en croit Kunzru, c’est dès sa publication en 1996 de sa première anthologie de nouvelles sur la guerre civile, qui se caractérisent par leur « satire féroce » de la société américaine et de ses hypocrisies, que Saunders s’est imposé comme une influence majeure sur les jeunes générations d’écrivains et de nouvellistes anglophones. Peu traduit, on peut néanmoins lire en français ses deux recueils de nouvelles publiés sous les titres : Grandeur et décadence d’un parc d’attraction (Gallimard) et Dix décembre (Editions de l’Olivier) qui sont des chefs-d’œuvre du genre et laisse entrevoir à travers des récits subtilement liés les uns aux autres la violence et les absurdités du monde moderne.

    Expérimental et polyphonique

    «Lincoln in the Bardo» de l'Américain George Saunders a été primé par le jury du Man Booker Prize 2017. Bloomsbury

    Roman expérimental, Lincoln in the Bardo est un récit polyphonique, pratiquement composé de monologues successifs, et dont l’action se déroule dans un cimetière de Washington. Le Lincoln du titre n’est autre que le 16e président américain Abraham Lincoln qu’on voit pleurer son fils Willie, mort de fièvre typhoïde à l’âge de 11 ans.

    La légende veut qu’alors que la guerre civile faisait rage, le président se soit rendu en pleine nuit dans la crypte pour veiller sur la tombe de ce fils tant aimé qui venait d’être enterré. Ce fut apparemment un deuil particulièrement douloureux pour le couple présidentiel, en particulier pour la première dame, Mary Lincoln, qui ne s’en serait jamais remise.

    Pendant la soirée de la remise du prix Man Booker à l’auteur de ce récit poignant, celui-ci a raconté comment il a porté cette histoire depuis un séjour à Washington à la fin des années 1990 lorsqu’on lui a rapporté cet épisode de la vie des Lincoln. Il voulait l’écrire, mais il ne savait pas comment le faire sans tomber dans un récit sentimental et larmoyant. C’est sa découverte de la philosophie tibétaine et de la notion de « bardo », équivalente du « purgatoire » dans la pensée chrétienne, qui lui a permis de trouver la structure de son roman. Une structure originale qui conduit l’auteur à imaginer l’âme de l’adolescent errant dans un entre-deux crépusculaire, se frayant son chemin parmi un personnel de fantômes qui l’interpellent.

    Puisant son inspiration dans l’histoire, des biographies des personnalités de l’époque et des correspondances qui alternent avec le chœur des morts perdus dans le néant de l’après-vie, George Saunders a construit, selon son confrère Hari Kunzru, « un roman d’une grande originalité formelle ». L’attribution du Man Booker Prize va certainement l’aider à toucher le grand public, particulièrement sensible au prestige des grandes récompenses littéraires.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.