GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Mexique: une élection présidentielle ouverte à tous, mais accessible à peu

    media Des mariachis défilent contre la décision de Donald Trump de construire un mur à la frontière mexicaine, à Mexico, le 12 février 2017. Dans l'absolu, ils pourraient se présenter à la présidentielle pour s'y opposer. Dans la pratique... REUTERS/Daniel Becerril

    Pour la première fois depuis l'entrée en vigueur de la réforme électorale de 2014, des candidats indépendants peuvent se présenter à une élection présidentielle. En l'occurrence celle du 1er juillet 2019. Dans cette perspective, 87 Mexicains hors parti se sont enregistrés auprès de l'Institut national électoral qui ne s'attendait pas à une telle affluence. Après vérification de la documentation requise, ils sont encore une cinquantaine à pouvoir aspirer à être candidat indépendant. Mais pour y parvenir, la route est encore longue et semée d'embûches !

    Avec notre correspondant à Mexico,  Patrick-John Buffe

    Une ex-première dame, un journaliste, une dirigeante indigène, un gouverneur, un sénateur, des avocats ou de simples citoyens. Ils sont finalement 48 à rester en lice pour être officialisés « candidat indépendant ». Mais c'est un parcours du combattant qui les attend.

    Car pour être candidat à la présidence, chacun d'eux devra récolter en quatre mois plus de 866 000 signatures d'électeurs. En plus, elles doivent être recueillies dans au moins 17 des 32 Etats du Mexique, lors d'une campagne qu'ils devront financer eux-mêmes. Dans ces conditions, seuls quelques-uns devraient pouvoir se lancer dans la course à la présidence.

    Un ras-le-bol citoyen

    Mais qu'est-ce qui pousse donc ces Mexicains à vouloir être candidats sans étiquette ? Pour les uns, c'est la réponse au ras-le-bol des citoyens envers des gouvernants corrompus et des partis politiques en crise.

    Pour d'autres, c'est l'espoir de bénéficier du financement public de la campagne électorale. Enfin, pour certains responsables politiques, c'est le refus de leur parti d'en faire leur candidat présidentiel qui les a poussés à démissionner et à tenter leur chance en indépendant.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.