GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Argentine: la rue réclame la vérité sur la mort de Santiago Maldonado

    media Depuis la découverte du corps de Santiago Maldonado mardi, les Argentins tiennent des rassemblements à Buenos Aires pour connaître la vérité sur la mort du jeune activiste. REUTERS/Marcos Brindicci

    L’Argentine est en émoi après l’identification du corps de Santiago Maldonado. Ce jeune homme avait disparu le 1er août dernier après une manifestation violemment réprimée dans le sud du pays. Son corps a été retrouvé dans une rivière cette semaine. Samedi 21 octobre, des milliers de personnes ont défilé dans les rues pour réclamer que toute la lumière soit faite sur cette affaire. Reportage.

    Avec notre correspondante à Buenos Aires,  Aude Villiers-Moriamé

    « Justice pour Santiago, le gouvernement est responsable ». Voilà ce que scandent les milliers de manifestants rassemblés samedi sur la place de Mai, devant le palais présidentiel. Certains ont des photos de Santiago Maldonado à la main.

    Beaucoup sont venus en famille, comme Hernan Boicas. Il tient sa petite fille dans les bras. « Pour moi, c’était évident qu’il fallait venir ici aujourd’hui et réclamer justice. Toute la chaîne de commandement, depuis la gendarmerie jusqu’au gouvernement, doit assumer ses responsabilités », dit-il.

    La gendarmerie et le gouvernement sont sous le feu des critiques, car l’affaire rappelle à beaucoup d’Argentins la dictature militaire, responsable de milliers de disparitions dans les années 1970 et 1980.

    Carlos Lerder, la soixantaine, est venu place de Mai pour dire « Nunca Mas », (« plus jamais ça »). « Quand l’Etat au lieu d’enquêter ne fait rien et ment sur de nombreux indices, ça s’appelle une disparition forcée. Je suis convaincu que le gouvernement est responsable », dit-il.

    L’autopsie de Santiago Maldonado conclut à une noyade, sans traces de lésions apparentes sur le corps. Mais beaucoup de questions restent en suspens : pourquoi a-t-il été retrouvé dans cette zone de la rivière déjà fouillée à trois reprises ?

    Les médecins légistes doivent remettre de nouvelles expertises dans les prochains jours pour tenter d'éclaircir le déroulé des événements.

    (Ré) écouter : Le combat des Mapuches pour la terre, en Patagonie (Grand reportage)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.