GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 18 Décembre
Mercredi 19 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Numérique: la France débutera le prélèvement de la taxe Gafa dès le 1er janvier 2019 (Le Maire)
    • Une armée du Kosovo est «irréversible», selon le président kosovar Hashim Thaci avant une réunion du Conseil de sécurité de l'ONU
    • Brexit: accord entre la Suisse et la Grande-Bretagne sur le maintien des règles en vigueur dans le transport aérien
    • Football : l'Olympique lyonnais (France) affrontera le FC Barcelone (Espagne) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
    • Football : le Paris Saint-Germain (France) affrontera Manchester United (Angleterre) en huitièmes de finale de la Ligue des champions
    • Gilets jaunes: Macron organise mardi une réunion à l'Elysée sur le grand débat
    • Industrie automoblie: le conseil d'administration de Nissan échoue à nommer un successeur à Carlos Ghosn (communiqué)
    Afrique

    Embuscade au Niger: Donald Trump et l'armée américaine face à la polémique

    media Les quatre sergents des forces spéciales américaines tués le 4 octobre dans une embuscade au Niger. De gauche à droite: Jeremiah Johnson, Bryan Black, Dustin Wright et La David Johnson. Army Special Operations Command/Handout via REUTERS

    Lundi 23 octobre 2017, Donald Trump a remis la médaille d'honneur à un infirmier militaire pour acte de bravoure pendant la guerre du Vietnam, quelque 40 années après la fin du conflit. De quoi contraster avec la polémique mettant aux prises le président et la veuve de l'un des quatre soldats américains tués début octobre au Niger. L'affaire ne cesse de faire couler de l'encre. Le chef d'état-major interarmées a dû prendre la parole lundi pour revenir sur les conditions de cette embuscade meurtrière.

    Le 4 octobre dernier, quatre soldats américains tombaient dans une embuscade de jihadistes du groupe al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Et samedi 21 octobre, l'un de ces soldats, La David Johnson, 25 ans, était inhumé dans un cimetière d'Hollywood, en Floride, en présence d'un millier de personnes.

    Sa veuve, Myeshia, enceinte de six mois, se trouvait au premier rang avec leurs deux autres enfants, Ah'Leeysa, 6 ans, et La David Jr, 2 ans. Et lundi, elle a ensuite accordé sa première interview à la chaîne ABC. L'occasion de confirmer les dires de l'élue démocrate de Floride Frederica Wilson, qui avait lancé la polémique.

    Myeshia Johnson a raconté le malaise qu'elle avait ressenti lorsque le président Trump l'a appelée pour lui présenter ses condoléances : « Ça m'a fait pleurer, parce que j'étais en colère à cause du ton de sa voix. Il ne se rappelait même pas du nom de mon mari et c'est ce qui m'a fait le plus mal. »

    Myeshia, veuve du soldat américain La David Johnson, tué le 4 octobre 2017 au Niger. Hollywood, le 21 octobre lors des obsèques du jeune homme. REUTERS/Joe Skipper

    « Pourquoi ne pouvez-vous pas vous souvenir de son nom ? »

    Le président Donald Trump « ne se souvenait de son nom que parce qu'il m'a dit qu'il avait son dossier sous les yeux », considère la jeune femme. Et de marteler : « Il ne pouvait pas se souvenir du nom de mon mari. Je l'ai entendu bafouiller en essayant de se souvenir de son nom. »

    Il « savait à quoi s'attendre » en s'engageant, « même si c'est probablement douloureux », lui aurait fait remarquer le chef d'Etat. Mais « si mon mari est en train de se battre pour notre pays, risque sa vie pour notre pays, pourquoi ne pouvez-vous pas vous souvenir de son nom ? », demande Myeshia.

    Dans un tweet, relate notre correspondant à Washington, Jean-Louis Pourtet, Donald Trump a répondu. Le président des Etats-Unis a certifié sur son réseau social favori que la conversation avec la jeune femme avait été très respectueuse et qu'il avait prononcé le nom du soldat dès le début, sans aucune hésitation.

    « Ils ne m'ont rien montré, pas un doigt, pas une main »

    Mais Myeshia Johnson est aussi en colère contre l'armée, qui ne lui a donné pratiquement aucun détail sur les circonstances de la mort de son mari, et qui a refusé de lui montrer sa dépouille : « J'ai besoin de le voir pour savoir que c'est mon mari. Ils ne m'ont rien montré, pas un doigt, pas une main. »

    « Je ne sais pas ce qu'il y avait dans ce cercueil et pour autant que je sache, il aurait pu être vide », conclut la veuve, alors que lors d'une conférence de presse, le chef d'état-major interarmées, Joseph Dunford, a déclaré lundi que les familles des victimes seraient les premières informées des résultats de l'enquête en cours.

    Pour couper court aux nombreuses critiques qui s'élèvent, le général Dunford a d'ailleurs parlé aux journalistes une cinquantaine de minutes. Selon lui, l’armée est tout aussi désireuse que le Congrès, les journalistes et les Américains, de faire la lumière sur cette attaque que les services de renseignement n'avaient pas prévue.

    Le chef d'état-major interarmées n'a cependant pas pu donner beaucoup de détails nouveaux. Il a révélé que le groupe composé de 12 soldats américains des forces spéciales et de 30 Nigériens n'avait appelé des renforts qu'après une heure de combat, ce qui laisse supposer qu'ils pensaient pouvoir se débrouiller seuls.

    Conférence de presse du général Dunford au Pentagone, à Washington, le 23 octobre 2017. U.S. Department of Defense/Handout via REUTERS

    Quelque 6 000 soldats américains répartis en Afrique

    Le général Dunford décrit la suite : « Dans l'heure, des Mirages français sont arrivés sur les lieux et un peu plus tard dans l'après-midi, des hélicoptères d'assaut français sont arrivés à leur tour, alors que les forces nigériennes d'intervention rapide parvenaient à l'endroit où nos soldats étaient en contact avec l'ennemi. »

    Le chef d'état-major a rappelé qu'il y avait des militaires américains au Niger depuis plus de 20 ans, et que leur nombre actuel était de 800. En dépit de l'accrochage, les Etats-Unis ont l'intention de continuer les opérations dans la région. Au total, 6 000 soldats américains sont répartis dans 53 pays africains.

    Pour le Commandement des Etats-Unis pour l'Afrique (Africom), ce nombre est insuffisant. Le commandant américain, le général David  M. Rodriguez, pourrait en effet obtenir des renforts du Congrès de Washington sur le terrain, alors que la mouvance islamiste gagne du terrain sur le continent africain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.