GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Mai
Vendredi 17 Mai
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Aujourd'hui
Mardi 21 Mai
Mercredi 22 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Canada, une société de plus en plus métissée

    media Harjit Sajjan, ministre canadien de la Défense et symbole d'une société en plein chamboulement. SAFIN HAMED / AFP

    Selon les résultats du recensement de 2016 publiés mercredi 25 octobre 2017, un Canadien sur cinq a vu le jour à l'étranger. Une proportion grandissante qui s'explique en grande partie par le faible taux de natalité de ce pays, mais aussi par le grand nombre d'immigrants accueillis chaque année. Le portrait type du Canadien ne cesse de changer.

    Avec notre correspondante au Québec,  Pascale Guéricolas

    Si le recensement permettait de bâtir le portrait-robot du Canadien d'aujourd'hui, il y aurait de plus en plus de chances qu'il arbore des traits asiatiques, et qu'il dispose d'une solide formation afin d'occuper un poste spécialisé.

    Selon les chiffres dévoilés par l'organisme Statistiques Canada mercredi 25 octobre 2017, presque 62 % des nouveaux arrivants sont nés en Asie. Principalement aux Philippines, mais aussi en Inde et en Chine.

    Une proportion croissante d'immigrants viennent cependant du continent africain. Le Nigeria, l'Algérie, l'Égypte ou encore le Maroc constituent des pays de recrutement de choix pour le Canada.

    Comme l'Australie, le Canada -pays dont les institutions sont encore jeunes- choisit délibérément ses nouveaux citoyens. Chaque année d'ailleurs, les parlementaires fixent un nombre minimum d'immigrants pour combler les besoins en main-d’œuvre des entreprises.

    Près de 60 % des nouveaux venus ont été admis au Canada grâce des programmes économiques précis. Pas étonnant, donc, de les voir s'installer surtout dans les grandes villes canadiennes où se concentre l'activité économique.

    → À relire : Pro et anti-immigration manifestent à Québec

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.