GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 3 Décembre
Mercredi 4 Décembre
Jeudi 5 Décembre
Vendredi 6 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 8 Décembre
Lundi 9 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Attentat à New York: les habitants résilients, Trump demande la peine de mort

    media Hommage aux victimes de l'attentat de New York, le mercredi 1er novembre 2017, à Manhattan. Sur la pancarte: «New York city - Forte». REUTERS/Andrew Kelly

    Donald Trump réclame la peine de mort pour l'auteur de l'attentat de New York. C’est ce qu’il a déclaré sur Twitter, ce jeudi 2 novembre. Le terroriste est un Ouzbek qui dit avoir été inspiré par le groupe Etat islamique (EI). Il a été blessé par balle lors de son interpellation, après avoir fauché des cyclistes et des passants mardi 31 octobre, à Manhattan, faisant huit morts et douze blessés, le jour d’Halloween, quand beaucoup de monde se trouvait dans les rues. Mais malgré l'horreur, malgré le traumatisme ravivant les blessures du 11 septembre 2001, la vie a repris son cours, mercredi.

    Avec notre correspondante à New YorkMarie Bourreau

    « Le terroriste de NYC [New York city, NDLR] était satisfait et a demandé que le drapeau de l'EI soit accroché dans sa chambre d'hôpital. Il a tué huit personnes et en a grièvement blessé douze. IL DEVRAIT ETRE CONDAMNE A MORT ! », a écrit Donald Trump sur Twitter, mercredi 1er novembre.

    Le président américain avait déjà évoqué la possibilité d'envoyer celui qu'il qualifie d'« animal », à savoir Sayfullo Saipov, un Ouzbek de 29 ans arrivé aux Etats-Unis en 2010, à Guantanamo, la base américaine située à Cuba, qui sert de centre de détention controversé aux individus accusés d'avoir participé à des entreprises jihadistes.

    « New York sera toujours une cible »

    Le maire de New York, Bill de Blasio, a qualifié l’attaque d'« acte lâche de terrorisme ». Un peu plus de 24 heures après l'attentat du mardi 31 octobre, à New York, il ne restait plus rien de ces quelques minutes d'enfer, à part des gerbes de fleurs en souvenir des huit victimes (dont cinq Argentins et une Belge). Les rues ont été rouvertes à la circulation.

    Chris et Jocelyn, qui habitent à deux pas des lieux du drame, sont venus se recueillir. « C'est arrivé à Nice, à Berlin, maintenant c'est ici. C'est terrible », dit Chris. « New York sera toujours une cible mais, en même temps, j'ai le sentiment que New York est l'une des villes avec le plus haut niveau de sécurité. Ça peut arriver n'importe où maintenant. Regardez à Vegas ! », s’exclame Jocelyn.

    Les habitants de New York semblent presque résignés. Après Nice, Londres, Barcelone, Stockholm ou Berlin, New York était une cible évidente. Seize ans après l'attaque du 11-Septembre, la ville et ses habitants montrent encore une fois leur capacité de résilience.

    David, qui travaille à quelques blocs, est l'exemple même de la résilience à la new-yorkaise. « J’étais là en 1993, pour le premier attentat sur le World Trade Center, j’étais là en 2001 et, maintenant, pour ça », énumère-t-il. Pourtant, en 2017, il explique que les temps ont changé et cela l’inquiète. « Je suis furieux car nous avons des extrémistes dans notre gouvernement et à travers le monde, et ce moment est très dangereux », juge-t-il.

    « Davantage de camions remplis de sable »

    Mais New York a l'expérience des tragédies et, dimanche 5 novembre, lors du marathon, véritable fête où 2 millions et demi de personnes acclament les 51 000 coureurs, les New-Yorkais sauront faire comme si de rien n'était.

    L’attentat de New York intervient, en effet, alors que la ville se prépare à son traditionnel marathon, qui aura lieu dimanche. Pour le département de la police de New York, c'est un vrai défi. Les mesures de sécurité vont d'ailleurs être sensiblement renforcées, notamment pour empêcher des attaques par véhicules. C'est ce qu'explique Carlos Gomez, le chef de la police new-yorkaise.

    « Nous allons positionner davantage de camions remplis de sable, plus que jamais auparavant pour cet évènement. Nous avons aussi doublé nos équipes de surveillance positionnées sur les toits ainsi que nos brigades contre les tireurs embusqués. Nous avons également renforcé les équipes lourdement armées à travers la ville. Celles-ci seront positionnées à des points stratégiques. Mais nous aurons aussi des brigades mobiles, capables d'intervenir n'importe où en cas de besoin », a-t-il déclaré.

    « De nombreux agents de police en civil »

    « Ces mesures de sécurité s'ajoutent à la large présence policière que vous observez déjà dans les rues. Mais il y aura également de nombreux agents de police en civil que vous n'allez pas remarquer. Ils se mêleront à la foule afin de pouvoir détecter toute activité suspecte. Des hélicoptères survoleront la ville pour surveiller les toits des immeubles, tout comme les rues », détaille le chef de la police new-yorkaise.

    « Huit millions et demi de New-Yorkais, et plusieurs millions de touristes : cela fait beaucoup d'yeux et d'oreilles. Si vous voyez quelque chose, manifestez-vous. Adressez-vous à un policier ou appelez le numéro d'alerte terroriste. Nous faisons tout pour que ce dimanche soit un jour sûr et joyeux », assure Carlos Gomez.

    L’Etat islamique n’a ni opérateurs ni opérations clairement identifiés. Ni signature clairement ciblée. C’est ce qui fait toute sa différence avec les autres

    Ecoutez le professeur de criminologie Alain Bauer, auteur notamment de Vivre avec le terrorisme, paru aux éditions First, pour qui l’attentat de New York porte la marque de l’Etat islamique. 02/11/2017 - par Toufik Benaichouche Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.