GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Clan Kirchner: l'ancien vice-président argentin à son tour arrêté

    media L'ancien vice-président de la République argentine, Amado Boudou, escorté sous bonne garde, menotté, gilet par-balles sur le dos, au quartier général de la justice fédérale à Buenos Aires, le 3 novembre 2017. REUTERS/Martin Acosta

    En Argentine, la corruption des présidences péronistes Néstor et Cristina Kirchner est encore à la Une. Et pour cause : neuf jours après le placement en détention de l'ancien ministre de la Planification Julio De Vido, c'est au tour d'Amado Boudou, vice-président du pays jusqu'en décembre 2015, date de l'arrivée au pouvoir de Mauricio Macri, de se retrouver sous les verrous.

    Avec notre correspondant à Buenos Aires,  Jean-Louis Buchet

    Si De Vido était l'homme le plus puissant de la galaxie Kirchner, Amado Boudou était sans aucun doute le plus flamboyant de l'équipe. Voitures et motos haut de gamme, montres de collection, costumes de marque, appartements de rêve ; pour le vice-président de Cristina Kirchner, l'ostentation était une manière d'être.

    Pourtant, ce fils de Français, que ses amis appellent Aimé, était entré en politique sans être fortuné. Selon la justice, c'est grâce à des sociétés montées avec des copains, qui ont bénéficié des largesses de l'Etat lors de son passage au pouvoir, qu'il s'est enrichi. On a commencé à le savoir qu'en 2011.

    A l'époque avait éclaté avec l'affaire Ciccone, une entreprise dont Amado Boudou aurait pris le contrôle par le biais d'hommes de paille, et qui s'était vu confier l'impression des billets de banque. À partir de cette affaire, la justice avait ouvert des enquêtes, qui avaient néanmoins peu avancé sous le mandat de Kirchner.

    Mais les temps ont changé en Argentine, notamment après l'alternance, fin 2015. Les poursuites judiciaires contre l'ancien vice-président se sont multipliées, et ce vendredi 3 novembre 2017, un magistrat a finalement décidé sa mise en détention pour obstruction dans une affaire de blanchiment d'actifs.

    Certains dans le pays s'inquiètent, néanmoins, de voir ainsi placé en prison un homme qui n'a pas encore été jugé. A noter que de son côté, l'ancienne chef de l'Etat Cristina Kirchner, inculpée dans plusieurs affaires, est aujourd'hui sénatrice. A ce titre, elle est donc protégée par son immunité parlementaire.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.