GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
Aujourd'hui
Mardi 19 Décembre
Mercredi 20 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • France: la garde des Sceaux annonce la création d'un parquet national antiterroriste
    • Pour le président syrien Bachar el-Assad, les milices kurdes soutenues par Washington sont des «traîtres»
    • Trois soldats tués près de la localité de Zaïtsevé par des tirs de mortiers dans l'est séparatiste de l'Ukraine (autorités)
    • Irak: des manifestants kurdes incendient des sièges de partis politiques à Souleymaniyeh (partis)
    • Joueur africain de l'année: Aubameyang, Mané, et Salah sont les trois finalistes
    Amériques

    Etats-Unis: pas de prison pour le soldat Bowe Bergdahl déserteur en Afghanistan

    media Le soldat américain Bowe Bergdahl à la sortie du tribunal militaire de Fort Bragg (Caroline du Nord), le 3 novembre 2017. REUTERS/Jonathan Drake

    Le soldat américain, captif des talibans pendant cinq ans et poursuivi pour désertion et mauvaise conduite devant l'ennemi, est renvoyé de l'armée, mais échappe à la prison. Bowe Bergdahl était poursuivi devant une cour martiale. Il avait quitté sa base militaire sans autorisation en juin 2009 avant d'être pris en otage par les talibans. En échange de son retour aux Etats-Unis, le président Obama avait accepté cinq ans plus tard de remettre en liberté cinq cadres talibans détenus à Guantanamo. Il risquait la prison à vie.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

    « Le jugement contre le soldat Bergdahl fait honte à notre pays et à notre armée » s'est exclamé Donald Trump sur Twitter après avoir appris, dans son avion pour Hawaï, que le sergent n'irait pas en prison.

    Pendant la campagne, le président américain avait traité Bowe Bergdahl de traître qui méritait d'être exécuté. Mais les pressions exercées par la Maison Blanche n'ont pas ébranlé le juge, qui a estimé que le soldat avait enduré suffisamment de sévices pendant sa détention en Afghanistan.

    Capturé par les talibans, il a en effet été sévèrement torturé par ses geôliers pendant ses cinq années de détention. Le tribunal militaire a tout de même ordonné son renvoi de l'armée et l'a condamné à dix mille dollars d'amende.

    Bowe Bergdahl a plaidé coupable de désertion et de mauvaise conduite devant l'ennemi. Pendant le procès, il a expliqué avoir quitté son poste pour rejoindre une autre unité afin de dénoncer les dysfonctionnements qu'il avait constaté sur sa base. Mais il a admis avoir commis une erreur terrible.

    Les juges ont aussi entendu les témoignages de deux soldats blessés, dont l'un gravement pendant les opérations de recherche qui avaient suivi sa disparition. Après sa libération, un médecin militaire qui avait examiné Bowe Bergdahl avait estimé qu'une peine de prison serait inadaptée compte tenu de l'état psychique du sergent.

    Privé de son statut de militaire, et souffrant toujours des séquelles de sa détention, Bowe Bergdahl perd aussi la couverture maladie habituellement offerte aux vétérans.

    →Dans les archives de RFI, le Débat du Jour : Faut-il condamner le soldat Bergdahl?

     

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.