GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 14 Novembre
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Aujourd'hui
Dimanche 19 Novembre
Lundi 20 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: Trump, le perroquet du lobby pro-armes américain?

    media Le président Donald Trump a déclaré suite à une fusillade au Texas que les armes ne posent pas problème. En hommage, des croix ont été placées à côté de l'église à Sutherland où a eu lieu la fusillade. REUTERS/Rick Wilking

    La tuerie dans l’Église baptiste de Sutherland Springs est toujours à la une de la presse américaine: des croix, à la une du New York Times ; le drapeau américain mis en berne, en une du Wall Street Journal. Les armes à feu tuent 30 000 personnes tous les ans et en blessent 80 000 autres, rappelle le Washington Post, qui apostrophe le président dans son éditorial: « oui, président Trump, c’est bien un problème d’armes ».

    En voyage au Japon, le chef de l’État a, lui, mis en cause la santé mentale du tireur, ce qui fait de lui, selon le New York Times, le « perroquet » de la NRA, le lobby pro-armes qui l’a largement soutenu lors de sa campagne. « Est-ce que cette déclaration n’est pas « une esquive ?» », se demande aussi le Dallas Morning News, qui rappelle les lois en vigueur dans cet État en matière d’armes à feu. « Les études, poursuit le quotidien texan, ne montrent pas ici un taux plus élevé de maladies mentales que dans les autres pays industrialisés, mais le taux de meurtres par arme à feu est 25 fois plus élevé que la moyenne ».

    Délaissement ?

    Pour le Washington Post, le fait que le Congrès refuse de légiférer est un « délaissement vraiment inimaginable ». Le New York Times critique aussi cette « passivité » des élus américains: « les meurtres de masse ne doivent pas être considérés comme inévitables ». Pourtant, reconnaît le Washington Post, à Sutherland Springs, le lieu de la tuerie, les habitants n’accusent pas les armes à feu. Là-bas, la plupart des gens sont armés. Et ils rappellent au journal, le vieil adage: « la seule chose qui arrête un mauvais gars avec une arme, c’est un bon gars avec une arme ».

    Amérique centrale: inquiétudes autour du TPS

    L’annonce a été attendue avec angoisse par des centaines de milliers de migrants aux États-Unis: lundi, le département américain de la Sécurité intérieure a mis fin au TPS, le Statut temporaire de protection dont bénéficient 2500 Nicaraguayens qui vivent sur le sol américain. El Nuevo Diario, par exemple, rapporte les propos d’Iris Acosta, employée dans un hôtel aux États-Unis. Elle craint de perdre son emploi et surtout son assurance maladie. Le journal nicaraguayen rappelle aussi que la Chambre de commerce américaine a elle-même plaidé pour une prolongation. Elle fait savoir que l’arrêt du TPS aurait un impact négatif sur plusieurs secteurs clés dans lesquels les bénéficiaires de ce statut constituent une part importante de la main d’œuvre, comme la construction ou les soins à domiciles.

    Dans le pays voisin, La Prensa déplore que Washington n’ait donné que six mois de répit aux Honduriens. Pour le leader de la communauté hondurienne aux États-Unis, au contraire, cela donne du temps pour trouver d’autres arguments à présenter au Congrès. Plus de temps aussi à ceux qui se trouvent aux États-Unis pour trouver un plan B.

    Asile politique au Chili pour Freddy Guevara ?

    Au Venezuela, l’Assemblée nationale constituante, composée uniquement de membres du parti au pouvoir, a levé l’immunité parlementaire de Freddy Guevara, le vice-président de l’Assemblée nationale. Le dirigeant du parti d’opposition Voluntad Popular est accusé par le pouvoir d’être l’un des responsables des violences qui sont survenues lors des manifestations antigouvernementales cette année - elles avaient fait 125 morts.

    Freddy Guevara s’est réfugié samedi à l’ambassade chilienne à Caracas - le sixième opposant à le faire en trois mois. C’est de là qu’il a diffusé une vidéo, reprise par El Nacional. Il y déclare qu’il a effectivement appelé à manifester, qu’il croit en la désobéissance civile et qu’il referait les choses de la même manière. Le Chili s’est dit disposé à lui accorder l’asile politique.

    À noter aussi, toujours au Venezuela: le journaliste vénézuélien Jésus Medina, du média Dolar Today, connu pour sa critique farouche du gouvernement, a été retrouvé vivant lundi, mais tabassé et à moitié nu, au bord d’une route. Il était porté disparu depuis samedi dernier.

    Harvey Weinstein et son « armée d’espions »

    Pour finir, cette information relevée dans le New Yorker. L’hebdomadaire américain révèle qu’Harvey Weinstein a déployé des moyens colossaux pour tenter d’étouffer les révélations sur ses abus sexuels présumés, notamment une armée d’espions depuis au moins un an. Le New Yorker cite le cas d’une ex-agente israélienne du Mossad, qui a prétendu être une militante des droits des femmes pour espionner l’actrice Rose Mc Gowan, l’une des principales accusatrices du producteur américain.

    Le New York Times publie également un papier qui souligne les tentatives de Weinstein pour empêcher la publication d’articles l’incriminant. Il explique notamment qu’un cabinet d’avocats a, en secret, tenté de mettre fin au reportage « alors même que des avocats de ce cabinet défendaient le New York Times dans d’autres dossiers ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.