GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 15 Novembre
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Aujourd'hui
Lundi 20 Novembre
Mardi 21 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Canada: où va l'argent destiné à lutter contre l'évasion fiscale?

    media Le Premier ministre canadien Justin Trudeau n'a pas réagi aux révélations des «Paradise Papers». REUTERS/Chris Wattie

    L'affaire des « Paradise Papers » n'en finit pas de faire des vagues au Canada. Des révélations remettent en cause la réelle volonté des libéraux de lutter contre l'évasion fiscale.

    Avec notre correspondante à Montréal,  Pascale Guéricolas

    À leur arrivée au pouvoir, il y a deux ans, les libéraux se présentaient comme les défenseurs de la classe moyenne, prêts à en découdre avec l'évasion fiscale. Un milliard de dollars devait être consacré à traquer les fraudeurs, en particulier ceux dissimulant leurs avoirs à l'étranger.

    Aujourd'hui, la réalité s'avère plus nuancée. L'Agence du revenu du Canada, chargé de la collecte des impôts, n'aurait consacré qu'une infime partie des fonds promis à lutter contre l'évasion fiscale. Pire encore, selon un sénateur qui suit ce dossier attentivement, on ignore où ont été versées les sommes récupérées par l'Agence de revenu du Canada auprès d'entreprises ayant des biens à l'étranger. À l'entendre, cette administration manque de transparence et pratique la culture du secret. Plusieurs fiscalistes dénoncent la législation laxiste du Canada en matière de suivi des fonds investis ailleurs.

    Six paradis fiscaux

    Sur les dix pays où les Canadiens investissent le plus, on retrouve d'ailleurs les noms de six paradis fiscaux dont les Bermudes, les îles Caïmans, ou le Luxembourg.

    En début de semaine, les Canadiens ont appris que Stephen Bronfman, le responsable du financement du parti libéral actuellement au pouvoir, aurait eu recours à une fiducie placée aux îles Caïmans. Ce placement, à hauteur de 52 millions de dollars, lui aurait évité de payer des impôts de plusieurs millions de dollars. Ce fils de milliardaire soutient qu'il n'a rien commis d'illégal et garde la confiance de son ami, le Premier ministre Justin Trudeau.

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.