GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Novembre
Vendredi 17 Novembre
Samedi 18 Novembre
Dimanche 19 Novembre
Aujourd'hui
Mardi 21 Novembre
Mercredi 22 Novembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les Etats-Unis désignent la Corée du Nord comme «Etat soutenant le terrorisme» (Maison Blanche)
    • Le Hezbollah nie tout lien avec un missile tiré vers RIyad depuis le Yémen
    • Liban: le Hezbollah nie envoyer des armes au Yémen, à Bahreïn et au Koweït
    • Merkel: des élections anticipées préférables à un gouvernement minoritaire
    • Le Hezbollah se dit prêt à se retirer d'Irak après la défaite de l'EI
    • Argentine: le sous-marin «San Juan» avait signalé une avarie lors de sa dernière communication (officiel)
    • Allemagne: le président Frank-Walter Steinmeier exhorte les partis au compromis pour gouverner
    • Argentine: les appels de samedi ne provenaient pas du sous-marin porté disparu (officiel)
    • Allemagne: le Parti social-démocrate (SPD) réitère son refus de participer à une nouvelle coalition gouvernementale
    Amériques

    A la Une: Cuba à nouveau ciblé par les Etats-Unis

    media L'ambassade cubaine à Washington, aux Etats-Unis. REUTERS/Carlos Barria/File Photo

    C’est à partir d’aujourd’hui, jeudi 9 novembre 2017, que les restrictions commerciales décidées par le président américain Donald Trump entrent vigueur. C’est à la une du Miami Herald et de la presse cubaine. 180 entreprises cubaines sont concernées par cette mesure selon le Miami Herald. Des entreprises contrôlées par les militaires, ajoute le journal de Floride.

    L’objectif de ces restrictions est de « couper le flux d’argent vers l’île » précise le quotidien. La décision du président Trump aura aussi  des conséquences sur le tourisme, estime le New York Times. Désormais les Américains auront à nouveau besoin de passer par une agence de voyage et être parrainés par une organisation américaine pour se rendre à Cuba.

    Les pressions économiques vont-elles vraiment accélérer les réformes démocratiques ?

    L’expérience des six dernières décennies permet d’en douter, explique un conseiller de l’ancien président Barack Obama au New York Times. Selon une ONG cubaine de Miami favorable au rapprochement entre les deux pays, la mesure prise par Donald Trump est pour le moins hypocrite. Après tout, il fait aussi du commerce avec la Chine qui n’est pas non plus un modèle en matière de droits de l’homme. Pour le journal cubain Granma en tout cas, il s’agit d’un recul dans les relations américano-cubaines. La responsable des relations avec les Etats-Unis au ministère des affaires étrangères cubain, Josefina Vidal, estime que les conséquences se feront sentir dans les deux pays…

    La visite de Donald Trump en Chine

    Le président américain pratique l’art du compromis, titre USA Today. La Chine a certes promis d’acheter des produits américains à hauteur de 250 milliards de dollars mais ne souhaite pas ouvrir davantage son marché. Pour Pékin, il n’est pas non plus question de discuter l’épineux dossier de la propriété intellectuelle et de renforcer la pression sur la Corée du Nord. Donald Trump se plaît dans le rôle du négociateur en chef, estime le journal. Mais les contrats ne remplacent pas une politique et il n’est pas sûr que l’approche commerciale du président soit bénéfique pour les Etats-Unis sur le long terme.

    Le parlement brésilien en faveur d’une restriction de l’avortement

    Une commission parlementaire vient d’approuver un texte qui interdit totalement l’interruption volontaire de grossesse, l'IVG. S’il est voté en séance plénière, ce qui est très probable selon le magazine Carta Capital, il n’y aurait donc plus d’exceptions comme le prévoit la loi aujourd’hui. Jusqu’à présent, une femme a le droit d’avorter en cas de viol ou si sa vie est en danger. D’après Carta Capital, les statistiques sur l’avortement au Brésil sont alarmantes. Une femme sur cinq a déjà réalisé au moins une IVG, très souvent dans des conditions précaires. Tous les deux jours, une Brésilienne meurt des suites d’un avortement, précise Carta Capitale, en s’appuyant sur les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé. 

    Au Venezuela, une « loi contre la haine »

    L’incitation à la haine, à la violence et à la discrimination est désormais lourdement punie, avec des peines qui pourraient aller jusqu’à 20 ans de prison. C’est la toute puissante Assemblée constituante qui a voté ce texte. Son objectif divise le gouvernement et l’opposition. Selon la présidence de l’Assemblée constituante, Delcy Rodriguez, le texte doit favoriser la tolérance et s’inscrit dans l’esprit de la révolution bolivarienne. C’est à lire dans le journal Ultimas Noticias. Côté opposition, la nouvelle loi est vivement critiquée puisqu’elle « renforcera la persécution des citoyens et des médias », écrit le journal El Nacional, quotidien proche de l’opposition.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.