GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 11 Décembre
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Aujourd'hui
Samedi 16 Décembre
Dimanche 17 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • La cour d'assises ordonne le renvoi du procès de Georges Tron «à une session ultérieure»
    • Collision de Millas: le pronostic vital de six victimes encore engagé (procureur)
    • Trois Palestiniens tués par des tirs israéliens dans les Territoires
    • Pays-Bas: la police militaire tire sur un homme armé d'un couteau à l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol (police)
    Amériques

    Finances: pour Standard & Poor's, le Venezuela est dorénavant en défaut partiel

    media Le président du Venezuela, Nicolas Maduro, le 17 octobre dernier dans son bureau, sous le portrait de Simón Bolívar «El libertador», héros des indépendances en Amérique latine. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

    Le Venezuela a été déclaré, ce mardi 14 novembre 2017, en défaut partiel par l'agence américaine de notation financière Standard & Poor's. Caracas est désormais au pied du mur de la dette.

    L'Etat du Venezuela n'a pas pu rembourser dans les temps impartis la somme de 200 millions de dollars due au titre du service de la dette pour deux obligations. Pour un pays qui croule sous une dette estimée à 150 milliards de dollars, cela ne paraît pas lourd. Mais c'est assez pour déclencher la décision de Standard & Poor's.

    Cela pourrait précipiter la ruine de cet Etat pétrolier. Les caisses sont vides. Les réserves de changes sont passées en dessous de la barre des 10 milliards de dollars. Si le Venezuela utilise cet argent pour régler ce qu'il doit d'ici la fin 2018, il n'aura plus un sou pour importer les biens de première nécessité indispensables à la survie de sa population.

    Depuis que le président Maduro a invité ses créanciers à renégocier la dette, il y a une dizaine de jours, les investisseurs spéculent sur l'imminence d'un défaut global. Leur première réunion, hier lundi à Caracas, n'a rien donné ; une autre est prévue prochainement.

    Soutien attendu de la Chine et de la Russie ?

    Le président Nicola Maduro espère encore avoir le soutien de ses deux alliées, la Russie et la Chine à qui le pays doit respectivement 8 et 28 milliards de dollars. En échange de leur soutien, les deux géants deviendraient en partie propriétaires des deux raffineries du pays.

    Mais l'horloge tourne. Dans les prochaines heures à New York, un autre comité d'investisseurs pourrait à son tour déclarer un défaut partiel pour non-paiement d'une traite de un milliard de dollars.

    Le pays se trouve au bord d’un défaut de paiement total, autrement dit en faillite.  Avec le risque de se retrouver dans l’impossibilité d’emprunter sur les marchés et voir ses actifs et ses filiales saisis à l’étranger.

    → À la Une : La menace d’un défaut de paiement plane sur le Venezuela

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.