GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 22 Mai
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
Samedi 25 Mai
Aujourd'hui
Lundi 27 Mai
Mardi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: débat sur l'utilisation de l'arme nucléaire

    media Un officier de l'armée américaine suit le président dans ses moindres déplacements avec la valise noire des codes nucléaires. Olivier Douliery / AFP

    Aux Etats-Unis, on a beaucoup parlé ce week-end des conditions d'utilisation de l'arme nucléaire. Un débat amplifié par le général responsable de l'arsenal américain en personne, qui a déclaré qu'il refuserait de mettre à exécution un ordre de Donald Trump s'il le jugeait illégal. Mais Trump devrait encore pouvoir décider (presque) seul d'envoyer une bombe nucléaire pendant au moins trois ans.

    Avec notre correspondant à New York,  Grégoire Pourtier

    La semaine dernière, une commission sénatoriale a débattu des pouvoirs présidentiels concernant l'arme atomique. Cela n'était pas arrivé depuis... 1976 !

    Mais Donald de Trump est détenteur des codes nucléaires : il peut déclencher une frappe presque seul, et plusieurs élus, de tout bord, sont inquiets. Dans le contexte de tension persistante avec la Corée du Nord, beaucoup s'interrogent en effet sur la capacité du président américain à prendre les décisions qui s'imposent, et au bon moment.

    → (RE)LIRE: Etats-Unis: Donald Trump tient le feu nucléaire à portée de main

    Ce week-end, le général Hyten, responsable de l'armement nucléaire, a lui déclaré qu'il s'opposerait à un ordre de Trump s'il estimait cet ordre illégal. Mais des experts ont rappelé que le président avait le pouvoir de changer d'interlocuteur ou même de s'adresser directement à la salle de guerre du Pentagone pour faire exécuter sa décision. Il est peu probable que la loi change prochainement.

    Devrait-on alors impliquer d'autres responsables, au risque de perdre en vitesse de réaction ? Doit-on changer la loi au seul prétexte qu'on ne fait pas totalement confiance à un président en particulier ?

    Le général Hyten ne veut pas être condamné pour avoir obtempéré à un ordre illégal, mais ses craintes devraient dépasser son cas personnel. Quelles que soient les circonstances et la cible, une explosion atomique aurait des conséquences dramatiques et imprévisibles. Et alors que le vrai débat concerne donc les extrémités justifiant l'emploi de l'arme nucléaire, on en est à s'interroger sur la psychologie et le légalisme du président américain.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.