GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 12 Décembre
Mercredi 13 Décembre
Jeudi 14 Décembre
Vendredi 15 Décembre
Aujourd'hui
Dimanche 17 Décembre
Lundi 18 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Les Saoudiennes pourront également conduire des motos et des camions à compter de juin 2018 (autorités)
    • Un fort séisme de magnitude 6,5 a frappé l'île de Java faisant trois morts et sept blessés (autorités)
    Amériques

    Chili: quand la gauche radicale vient chambouler le second tour des élections

    media Beatriz Sanchez, candidate à l'élection présidentielle chilienne pour la coalition de gauche radicale Frente Amplio REUTERS/Carlos Vera

    C'est la principale surprise des élections chiliennes du 19 novembre 2017 : le Frente Amplio, coalition de gauche radicale, a réuni 20 % des voix au premier tour de la présidentielle, et raflé 20 sièges à l'Assemblée. De quoi bouleverser le paysage politique et poser des questions sur l'issue du second tour, où seront opposés l'ancien président de droite Sebastián Piñera et le principal candidat de la coalition sortante de centre gauche Alejandro Guillier.

    Avec notre correspondante à Santiago,  Justine Fontaine

    Il y a un an, la coalition de gauche radicale chilienne Frente Amplio n'existait pas. Dimanche soir, sa candidate Beatriz Sanchez a cependant fait deux fois plus que ce qu'avaient anticipé les sondages aux élections.

    Elle talonne ainsi le représentant de la coalition sortante de centre gauche, le sénateur Alejandro Guillier, qualifié pour le second tour de la présidentielle avec 23 % des suffrages.

    Pas d'union des gauches à l'horizon ?

    Ces résultats mettent en question le futur de la coalition qui a gouverné le Chili pendant 23 ans au total depuis le retour de la démocratie en 1990.

    Même si Beatriz Sanchez a rappelé dimanche soir qu'elle rejette le projet de l'ancien président de droite Sebastián Piñera - elle le juge rétrograde -, une alliance avec le centre gauche est loin d'être acquise.

    De gauche à droite: Sebastian Piñera, Alejandro Guillier et Beatriz Sánchez. REUTERS/Ivan Alvarado

    Consultation prévue dans les jours à venir

    La coalition Frente Amplio, issue des mouvements sociaux nés au Chili depuis 2011, propose en effet une réforme profonde du modèle économique et social ultra-libéral hérité de la dictature du général Augusto Pinochet.

    Les sympathisants seront consultés dans les prochains jours, mais l'un des dirigeants de la coalition a déjà annoncé lundi 20 novembre qu'il écartait l'idée d'un gouvernement commun avec les partis qui soutiennent Alejandro Guillier.

    La situation s'annonce difficile aussi à droite en vue du second tour. Le gagnant de la présidentielle, quel qu'il soit, devra trouver de nouveaux alliés à l'Assemblée pour pouvoir gouverner.

    → À relire : la revue de presse des Amériques

    Sur le même sujet
    Commentaires
     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.