GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Aujourd'hui
Mardi 23 Octobre
Mercredi 24 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Rohingyas: les Etats-Unis dénoncent un «nettoyage ethnique» en Birmanie

    media Le secrétaire d'Etat américain Rex Tillerson a marqué une inflexion sur la situation des Rohingyas en Birmanie (image d'illustration). REUTERS/Jonathan Ernst

    Les Etats-Unis qualifient de nettoyage ethnique les violences qui ont poussé 600 000 Rohingyas à fuir la Birmanie dans un communiqué du département d'Etat, mercredi 22 novembre. Rex Tillerson s'était rendu en novembre en Birmanie. Il déclare employer aujourd'hui le terme de « nettoyage ethnique » après une analyse attentive et approfondie des faits.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

    C'est un net changement de ton de la diplomatie américaine. Le terme « épuration ethnique » avait été employé dès le 11 septembre par les Nations unies pour qualifier l'exil forcé de plus de 600 000 Rohingyas, mais à l'époque l'administration américaine s'était refusée à en faire autant. « L'emploi de ce terme souligne la gravité et l'urgence de la situation », explique un diplomate.

    Dans son communiqué, mercredi, le secrétaire d'Etat accuse explicitement l'armée, des forces de sécurité birmanes et des groupes locaux d'autodéfense d'être les auteurs de ce nettoyage ethnique.

    Les responsables doivent « rendre des comptes »

    Le département d'Etat n'a pas exclu des sanctions ciblées. « Les responsables de ces atrocités doivent rendre des comptes », a déclaré Rex Tillerson.

    Les autorités birmanes ne sont pas spécifiquement désignées. Un diplomate américain a expliqué que le gouvernement civil ne contrôlait pas les zones frontalières concernées. « La situation n'est pas complètement sous son autorité, a-t-il indiqué, mais nous comptons sur la dirigeante Aung San Suu Kyi pour résoudre la crise. »

    Le secrétaire d'Etat salue d'ailleurs dans son communiqué les « récents échanges entre les gouvernements de Birmanie et du Bangladesh » en vue du rapatriement des réfugiés rohingyas.

    Et le chef de la diplomatie ajoute : « La réponse de la Birmanie à cette crise est cruciale pour réussir sa transition vers une société plus démocratique. »

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.