GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    San Francisco rend hommage aux «femmes de réconfort», Osaka rompt son jumelage

    media «Comfort Women», statues réalisées par l'artiste Steven Whyte. St Mary's Square, San Francisco. Justin Sullivan/Getty Images/AFP

    Gros coup de froid entre les deux villes jumelées d’Osaka et de San Francsico. La ville japonaise a annoncé, jeudi 23 novembre 2017, qu’elle mettait fin à ce jumelage. A l’origine de cette brouille diplomatique, l’inauguration la semaine dernière dans la ville américaine de statues honorant la mémoire des quelque 200 000 « femmes de réconfort ».

    Avec notre correspondant San Francisco,  Eric de Salve

    C’est la fin d’un jumelage vieux de 60 ans entre Osaka et San Francisco, en raison de quatre statues de bronze installées par la mairie dans le quartier de Chinatown. Ces statues illustrent la souffrance des femmes asiatiques placées dans des bordels pour soldats avant et pendant la Seconde Guerre mondiale.

    La plaque commémorative du monument rend hommage à cette souffrance, endurée par des centaines de milliers de femmes faussement appelées « de réconfort », et qui ont été réduites à l’esclavage sexuel par l’armée impériale japonaise entre 1931 et 1945. De quoi susciter l’ire des autorités nippones.

    Pour le consul général du Japon à San Francisco, ce mémorial « perpétue une interprétation unilatérale de l’histoire, sans avancer de preuve crédible ». Intolérable également pour le maire d’Osaka. « La relation de confiance entre nos deux villes sœurs a disparu », a déclaré Hirofumi Yoshimura jeudi.

    C'est lui qui a annoncé la dissolution du jumelage de sa ville avec celle de San Francisco. Mais le gouvernement japonais a réagi également, déplorant que ce monument entre en conflit avec la position de Tokyo sur la question des femmes de réconfort, qui reste une donnée historique sensible dans l'archipel nippon.

    A San Francisco, l’inauguration s’est déroulée en présence de survivantes de ces bordels. L'une d'elles, kidnappée en Corée à l’âge de 15 ans et enfermée dans un bordel de Taïwan par l’armée japonaise, est aujourd’hui âgée de 89 ans. Elle dit espérer dans le journal local des excuses sincères et des réparations du Japon.

    → Écouter sur RFI : Un refuge pour les anciennes femmes de réconfort à Séoul

    «Comfort Women», San Francisco. Justin Sullivan/Getty Images/AFP

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.