GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 22 Juillet
Lundi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    La Colombie célèbre un an de paix avec les FARC

    media Le président colombien Juan Manuel Santos vu lors d'une soirée organisée pour célébrer la première année de l'accord de paix signé avec les FARC, à Bogota, le 24 novembre 2017. REUTERS/Jaime Saldarriaga

    Le 24 novembre 2016, le président Juan Manuel Santos et Rodrigo Londoño, alias « Timochenko », alors commandant suprême des FARC signaient un accord de paix historique pour mettre fin à 53 ans de conflit armé. Vendredi, les deux hommes se sont succédé sur la scène du Théâtre Colon à Bogota pour célébrer l'événement.

    Avec notre correspondante à Bogota, Marie-Eve Detoeuf

    « Timochenko » est apparu aminci, rasé de près et les cheveux teints. Un nouveau look pour un chef guérillero devenu candidat présidentiel. C'est dire le chemin parcouru. « Un an après, nous avons déposé les armes, nous nous sommes transformés en parti politique et nous sommes là pour réitérer notre engagement en faveur de la paix et de la justice sociale. »

    Les applaudissements des ex-guérilleros et des militants pacifistes qui sont dans la salle ne doivent tromper personne : l'heure n'est plus à l'euphorie. L'accord de paix tarde à être mis en œuvre. La réforme agraire promise se fait attendre. « Timochenko » n'a pas ménagé ses critiques contre le gouvernement.

    Santos plus optimiste

    Le président Santos a aussi pris la parole et se veut lui optimiste. Il a des problèmes, le chef de l'Etat en a convenu. Mais aucun accord de paix au monde n'a été mis en œuvre aussi rapidement. Comment Santos explique-t-il un tel scepticisme ?

    « Les FARC, parti politique, et l'extrême droite se ressemblent sur un point, les deux veulent voir le verre à demi vide. Les deux ont intérêt à critiquer le gouvernement. Bienvenue à la démocratie, vous faites de la politique. » Une comparaison qui n'a pas suscité d'applaudissement.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.