GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 14 Février
Jeudi 15 Février
Vendredi 16 Février
Samedi 17 Février
Aujourd'hui
Lundi 19 Février
Mardi 20 Février
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Bolivie: Evo Morales briguera un nouveau mandat, contre l'avis de la population

    media Le président Evo Morales, à Tiquipaya en Bolivie, le 28 novembre 2017. Enzo De Luca/Courtesy of Bolivian Presidency/Handout via REUTERS

    Le Tribunal constitutionnel bolivien a autorisé ce mardi 29 novembre le président Evo Morales à briguer un nouveau mandat en 2019 bien que la population l'ait refusé par référendum.

    Evo Morales, 58 ans, avait essuyé un échec en février 2016 lors d'un référendum visant à modifier la Constitution pour lui permettre de briguer un quatrième mandat (2020-2025), mais son parti, le Mouvement vers le socialiste (MAS), cherchait depuis des « solutions alternatives légales » pour contourner ce refus.

    Pour expliquer sa décision, le Tribunal constitutionnel a estimé que le droit à briguer librement une fonction était supérieur aux limites imposées par la Constitution. Selon Evo Morales, le « non » l'avait emporté de peu lors du référendum de 2016 en raison de « mensonges » divulgués peu avant le scrutin sur un fils supposé qu'il aurait eu avec son ex-compagne Gabriela Zapata, et dont la justice a finalement conclu à « l'inexistence ».

    Le plus ancien président en exercice d'Amérique latine

    Il s'agissait de la première défaite politique du plus ancien président en exercice d'Amérique latine, en place depuis 2006, au moment où la gauche y connaissait des revers : en Argentine, où le président libéral Mauricio Macri avait mis fin au règne des Kirchner, au Venezuela, où le gouvernement chaviste de Nicolas Maduro avait perdu la majorité parlementaire pour la première fois en 16 ans, ou encore au Brésil, où la présidente de gauche Dilma Rousseff avait été destituée.

    Evo Morales, ancien berger de lamas, se revendique comme le premier président amérindien de la Bolivie.

    (avec AFP)

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.