GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 18 Avril
Vendredi 19 Avril
Samedi 20 Avril
Dimanche 21 Avril
Aujourd'hui
Mardi 23 Avril
Mercredi 24 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Nouveau tir de missile nord-coréen: la réponse mesurée de Donald Trump

    media Le président américain s'est adressé à la presse après sa rencontre avec Paul Ryan et Mitch McConnell, chefs républicains de la Chambre et du Sénat, à la Maison Blanche. Washington, le 28 novembre 2017. REUTERS/Jonathan Ernst

    La Corée du Nord a tiré mardi 28 novembre un missile balistique intercontinental à une hauteur jamais atteinte lors de ses précédents tirs. Un tir intervenu peu après que le président américain a classé le pays sur la liste des pays qui soutiennent le terrorisme. En réaction à ce nouveau tir, Donald Trump s’est pour le moment abstenu de tenir des propos incendiaires comme il l’a fait plusieurs fois auparavant.

    Avec notre correspondante à Washington,  Anne Corpet

    Pas d’insulte directe contre Kim Jong-un, ni de menace de détruire la Corée du Nord par le feu et la fureur comme par le passé. C’est un Donald Trump mesuré, voire elliptique qui a réagi au tir de missile nord-coréen.

    « Je vais vous dire seulement qu’on va s’en occuper. Le général Mattis est là et nous avons eu une longue discussion à ce sujet. C’est une situation que nous allons gérer », a-t-il déclaré.

    Avec ce tir, les Nord-Coréens prouvent qu’ils continuent de progresser dans le développement de leurs armes intercontinentales. Ce tir de missile à quelque chose d’inédit, déclare le secrétaire d’Etat à la Défense James Mattis :  « Il a atteint une hauteur franchement plus élevée que tous les tirs précédents. Ils poursuivent leurs efforts en recherche et développement pour construire des missiles qui en clair peuvent menacer n’importe quelle partie de la planète. »

    De son côté, le département d’Etat a réagi par communiqué. Rex Tillerson réclame des sanctions supplémentaires contre Pyongyang. « Les options diplomatiques restent ouvertes », précise le secrétaire d’Etat américain qui conclut : « Les Etats-Unis restent engagés dans la recherche d’une solution pacifique pour mettre un terme aux actions belliqueuses de la Corée du Nord. »

    Une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU est prévue ce mercredi.


    Le 20e tir depuis le début de l’année

    Après deux mois d’accalmie, la Corée du Nord a donc procédé à un nouveau tir de missile, le 20e cette année. L’engin a été tiré à 3h17 le matin, heure de Séoul, depuis un pas de tir situé au nord de la capitale nord-coréenne, Pyongyang, rapporte notre correspondant à Séoul, Frédéric Ojardias. Il a atteint l’altitude de 4 500 km et a parcouru 960 km avant de retomber dans les eaux économiques exclusives du Japon voisin. Il s’agit sans doute d’un missile intercontinental.

    C’est la première fois que le régime tire un missile intercontinental en plein milieu de la nuit. Autre nouveauté : jamais un engin nord-coréen n’avait volé aussi haut. La trajectoire était très verticale, pour éviter de survoler le Japon, mais selon les premières estimations, si le missile avait été tiré à un angle normal, sa portée théorique serait de 13 000 kilomètres... ce qui est suffisant pour atteindre Washington. Même si le missile était allégé, car il ne portait sans doute aucune ogive, ce tir montre que le programme balistique de Pyongyang continue de progresser.

    La Corée du Sud a d’abord répliqué militairement : 5 minutes seulement après le tir nord-coréen, l’armée sud-coréenne a mis à feu deux missiles en mer du Japon, près de la frontière maritime avec le Nord.

    A l’issue d’une réunion d’urgence de son Conseil national de sécurité, le président sud-coréen Moon Jae-in a qualifié l’essai balistique nord-coréen de « provocation téméraire ». Il a promis de poursuivre sa politique de sanctions et a appelé Pyongyang à reprendre le dialogue.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.