GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Mercredi 17 Octobre
Aujourd'hui
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Israël: la Cour suprême annule l'interdiction d'entrée visant l'étudiante américaine Lara Alqasem
    • Affaire Khashoggi: le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin n'ira pas à la conférence de Riyad (Trésor)
    • Brexit: la période de transition pour Londres sera «probablement» prolongée (Juncker)
    • Affaire Khashoggi: Washington donne «quelques jours de plus» à Riyad (Pompeo)
    • L'attaque de Kandahar visait le commandant de l'Otan en Afghanistan, selon les talibans
    • Plus de 60 chefs d'Etat et de gouvernement assisteront le 11 novembre à Paris au centenaire de la fin de Première Guerre mondiale (Elysée)
    • Inondations dans l'Aude: Emmanuel Macron se rend sur place lundi prochain (Elysée)
    • La tuerie en Crimée est de la faute de la «mondialisation», affirme Vladimir Poutine
    • Afghanistan: fusillade dans le palais d'un gouverneur de province, deux Américains blessés (Otan)
    • Immigration: Donald Trump menace de fermer la frontière avec le Mexique
    Amériques

    Pérou: un paysan remporte une bataille juridique contre une multinationale allemande

    media Saul Luciano Lliuya et son avocate Roda Verheyen à Hamm, Allemagne, début novembre 2017. REUTERS/Wolfgang Rattay

    Est-ce un pas vers la justice climatique mondial ? La justice allemande a en tout cas franchi un pas, jeudi 30 novembre, sur un terrain légal encore inconnu: elle accepte d'examiner la requête de Saul Lliuya, un paysan péruvien, qui veut contraindre le géant de l'énergie RWE, l'un des principaux émetteurs de gaz à effet de serre de la planète, à réparer les effets du changement climatique sur sa région natale.

    C'est en décembre 2015 que M. Lliuya avait déposé une première plainte, peu avant l’ouverture de la COP21. Il avait été débouté en décembre 2016 par le tribunal de Essen où se trouve le siège de RWE. Le dossier a ensuite été porté devant la cour d'appel de Hamm qui accepte donc d'examiner sa requête. Les experts doivent maintenant déterminer le rôle des émissions polluantes de RWE dans la fonte de gigantesques blocs de glace dans les Andes qui, transformés en lagunes, menacent d'engloutir la localité de Saul Lliuya, Huaraz, capitale de la province de Ancash dans le nord du Pérou.

    Dans cette bataille juridique inédite, c'est une victoire d'étape importante, mais le plaignant péruvien reste sur ses gardes. « Je me sens content et heureux, explique Saul Lliuya. Mais d'un autre côté, cela ne change rien à la situation ici. Je ne sais pas en quelle mesure cette action légale va pouvoir nous aider à freiner le réchauffement climatique et la fonte des glaces, ainsi que les risques que cette fonte fait peser sur nous comme la montée du niveau de l'eau et les avalanches.

    Mais sur le plan juridique, je suis bien sûr heureux que nous arrivions à faire quelque chose de positif pour tout ça. J'ai des amis et des avocats qui réfléchissent à la possibilité d’entamer des actions en justices similaires contre des entreprises qui sont basées ici. Car les entreprises industrielles, aussi bien celles d'autres pays que celles du Pérou, causent beaucoup de dégâts. Pendant ce temps, notre planète se réchauffe. Et nous espérons donc que notre démarche aura un écho mondial».

    Le simple fait d'entamer les débats sur le fond, dans cette affaire, écrit une page d'histoire du droit, s'est de son côté félicitée Roda Verheyen, avocate de Saul Lliuya, qui est soutenue par l'ONG allemande Germanwatch. Du côté de RWE, on maintient « que cette action est injustifiée, parce qu'un seul émetteur ne peut être tenu responsable de phénomènes obéissant à d'innombrables causes », explique à l'AFP selon son porte-parole Guido Steffen. « On se retrouverait dans une situation où tout le monde attaque tout le monde. Quiconque se sent lésé dans un coin du monde pourrait demander des comptes», et à n'importe quel pollueur, «jusqu'au touriste qui prend l'avion», a-t-il développé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.