GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 16 Septembre
Mardi 17 Septembre
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 21 Septembre
Dimanche 22 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Présidentielle au Honduras: fin du dépouillement mais toujours pas de vainqueur

    media Les locaux du Tribunal suprême électoral à Tegucigalpa, au Honduras, le 4 décembre 2017. JOHAN ORDONEZ / AFP

    Huit jours après l'élection présidentielle au Honduras, les autorités électorales ont finalement publié les résultats. C'est le président sortant Juan Orlando Hernandez qui arrive en tête de ce premier et unique tour, suivi de près par son opposant de gauche, Salvador Nasralla. Mais le suspense n'est pas encore terminé, car pour l'instant, aucun des deux candidats n'est proclamé vainqueur.

    Il était 5 heures 15 du matin lorsque le Tribunal suprême électoral a annoncé la nouvelle tant attendue : la fin du dépouillement des bulletins de l'élection présidentielle du 26 novembre.

    C'est donc officiel : Juan Orlando Hernandez a obtenu la majorité des voix, presque 43% contre 41,4 pour son opposant Salvador Nasrallah. En fait, à peine 52 000 voix séparent les deux candidats.

    Mais pour le président sortant Juan Orlando Hernandez, il est encore trop tôt pour fêter officiellement sa victoire. Car pour l'instant, aucun vainqueur n'a été proclamé par les autorités électorales.

    En fait, l'opposition, qui conteste le résultat et crie à la fraude, demande la vérification de plus de 5 000 procès-verbaux litigieux. Une procédure qui peut durer plusieurs semaines.

    Selon le président du Tribunal électoral, le vainqueur des élections pourrait être désigné au plus tard dans 22 jours. Les candidats sont priés de garder leur calme alors que l'ambiance est très tendue.

    Le gouvernement a décrété un couvre-feu. Mais cela n'a pas empêché des milliers d'opposants de descendre dans la rue et réclamer que leur favori, Salvador Nasralla, soit reconnu vainqueur.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.