GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 11 Juillet
Jeudi 12 Juillet
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Aujourd'hui
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Bolivie: élection des juges au suffrage direct, les Boliviens excédés

    media Une responsable du dépouillement dans un bureau de vote montre un bulletin sur lequel est inscrit «dehors, tyran!», le 3 décembre 2017. REUTERS/David Mercado

    Le week-end dernier, les Boliviens se sont rendus aux urnes pour une élection unique au monde : c'est le seul pays qui vote pour les magistrats des hautes instances judiciaires, parmi lesquelles le Tribunal constitutionnel et le Conseil de la magistrature. Mais cette élection ne plaît pas à tout le monde et l’opposition a appelé les citoyens au vote nul afin qu'ils puissent exprimer leur désaccord avec la politique du président Evo Morales. Et il semblerait que l’appel ait été entendu : 53% de votes nuls ont été décomptés. Ajoutés aux votes blancs, ce sont plus de 65% des voix qui se sont exprimées de cette manière.

    De notre correspondante,

    Sur tous les réseaux, les photos prises dans les bureaux de vote boliviens fleurissent. Elles sont partagées ou bien par les votants eux-mêmes ou par les responsables du dépouillement. Et il y a vraiment de tout. Il y a d’abord la catégorie des « pas sérieux » qui votent pour Batman, font une demande en mariage ou encore commentent le football. Et puis il y a les autres, les critiques, comme ce dessin d’un extraterrestre disant « peu importe pour qui vous votez votre pays est condamné », un autre message où l’on peut lire, « dehors les tyrans » ou encore une plaque de policier insérée dans l’enveloppe avec écrit « la police est avec le peuple ».

    Mais quel est exactement le reproche que l’on fait à Evo Morales ?

    Tout d’abord, à peine quelques jours avant l’élection, le Tribunal constitutionnel a accepté une quatrième candidature du président Evo Morales aux prochaines présidentielles bien que la Constitution l’interdise, et que les Boliviens aient dit « non » à ce cas de figure lors d’un référendum en février 2016. Il y a eu d’ailleurs beaucoup de références à ce référendum, comme  par exemple « le peuple a dit non » écrit en travers d’un bulletin ou encore « rappelle-toi du 21 février 2016». En plus de cette récente décision qui crée beaucoup de tensions, l’opposition appelait à voter nul depuis des mois déjà car, selon elle, les candidats magistrats ont été présélectionnés par l’Assemblée nationale selon leurs idées politiques, en accord avec celles du gouvernement, et non pas selon leurs capacités.

    Les réseaux sociaux, le grand défouloir

    Les citoyens ont la sensation que l'humour, le sarcasme, et on peut le dire, la créativité sont tout ce qu'il leur reste. Les Boliviens ont ainsi cherché à exprimer leur désarroi face à une démocratie qu’ils sentent en danger. Quelque part ils disent « notre opinion n’a pas été respectée lors du dernier vote, pourquoi prendre celui-ci au sérieux ? » Une photo de bulletin qui a été très partagée sur les réseaux, c’est un dessin d’Evo Morales couronné, paraissant ainsi comme un monarque autoproclamé.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.