GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Juillet
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Aujourd'hui
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Mexique: la présidentielle de 2018 au cœur de toutes les stratégies politiques

    media Jose Antonio Mead, candidat à l'élection présidentielle de 2018 pour le parti au pouvoir, le PRI. REUTERS/Ginnette Riquelme

    Sept mois avant l’élection présidentielle du 1er juillet 2018 et alors que la campagne ne commence pas avant fin mars, le Mexique est déjà gagné par la fièvre électorale. Les principaux partis politiques ont commencé à mettre en place leur stratégie. José Antonio Meade, le ministre des Finances vient de démissionner et brigue la candidature du Parti révolutionnaire institutionnel au pouvoir pour la présidentielle. Le panorama électoral se dessine petit à petit.

    De notre correspondant,

    Le moins qu’on puisse dire, c’est qu'au Mexique, tous les partis sont en train de pousser leurs pions sur l’échiquier politique. Les uns en cherchant à conclure des alliances. Les autres en désignant déjà leur candidat, comme c’est le cas du PRI qui pourrait perdre la présidence. D’où le procédé expéditif mis en place par le Parti révolutionnaire institutionnel, dont le choix s’est fait sans passer par une élection primaire. En fait, c’est le président Peña Nieto lui-même qui a désigné et imposé au parti son propre candidat – un candidat unique – en la personne de l’ex-ministre des Finances, José Antonio Meade.

    Meade, une opération signée Peña Nieto

    Mais ce qui est inédit, c’est que le président a jeté son dévolu sur quelqu’un qui n’est pas membre du PRI. Ça n’a pourtant pas posé de problème, car le parti avait déjà tout prévu. En août dernier, il a modifié ses statuts en éliminant l’obligation de dix ans de militance et en permettant à des sympathisants hors parti de se présenter. C’était créer des conditions sur mesure pour José Antonio Meade, que Peña Nieto considère comme le candidat idéal, car il va pouvoir ratisser large. Le fait qu’il soit sans parti et qu’il ait été précédemment ministre du président de droite Felipe Calderón, va lui permettre d’obtenir non seulement les suffrages des militants du PRI, mais aussi le vote d’électeurs du PAN, le parti conservateur Action Nationale.

    Andrés Manuel Lopez Obrado, le favori

    Tous les candidats ne sont pas encore désignés, mais selon tous les sondages, c’est Andrés Manuel Lopez Obrador, le leader de gauche de Morena, le Mouvement de Régéneration Nationale. AMLO, comme on le connaît ici, se présente pour la troisième fois consécutive à la présidence. Et cette fois, ça pourrait être la bonne. C’est d’ailleurs pour ça que les campagnes de dénigrement ont déjà commencé. Ses adversaires le taxent de populiste et le comparent au président vénézuélien Nicolas Maduro. Ce que dément Lopez Obrador, qui se présente comme le candidat anti-corruption qui va enfin pouvoir transformer le Mexique.

    Le mystère des alliances contre nature

    Quant au PAN, le Parti action nationale, ses chances de l’emporter après avoir perdu la présidence en 2012 sont nulles s’il se présente seul à la présidentielle. Ce parti de droite a donc décidé de conclure une alliance, contre nature, avec deux autres partis de gauche, dont le Parti de la Révolution démocratique qui est en pleine débâcle. En créant un Front citoyen pour le Mexique, ces trois partis auraient des chances de l’emporter sur Lopez Obrador. Mais voilà : ils n’arrivent pas à se mettre d’accord sur la manière de désigner le candidat de cette coalition qui court le risque d’éclater.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.