GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 18 Mai
Dimanche 19 Mai
Lundi 20 Mai
Mardi 21 Mai
Aujourd'hui
Jeudi 23 Mai
Vendredi 24 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Les Etats-Unis isolés à l'ONU sur la question du statut de Jérusalem

    media Le Conseil de sécurité de l’ONU. REUTERS/Brendan McDermid

    Les réactions à la décision de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël continuent de générer une très forte réprobation. Dernière en date, celle du Conseil de sécurité de l’ONU qui s’est réuni en urgence vendredi à New York à la demande de huit pays. Les Américains sont apparus totalement isolés diplomatiquement. Ses alliés traditionnels, le Royaume-Uni et la France, ont condamné une décision « qui n’est pas conforme aux résolutions du Conseil de sécurité ».

    Avec notre correspondante à New York,  Marie Bourreau

    Jamais, même lors du déclenchement de la guerre en Irak, les Etats-Unis n’ont paru aussi seuls. Les 14 membres du Conseil de sécurité ont unanimement condamné la décision de Washington. « Nous sommes en désaccord avec la décision américaine de déménager leur ambassade à Jérusalem et de la reconnaître unilatéralement comme capitale d’Israël avant un accord final, a affirmé Matthew Rycroft, représentant britannique et plus proche allié des Américains. Cette décision n’aide pas à promouvoir la paix dans la région, un but que je sais que nous partageons tous dans ce conseil. »

    Dans une rare unité européenne, les ambassadeurs français, britannique, italien, allemand et suédois ont aussi condamné une décision qui n’est pas conforme aux résolutions du Conseil de sécurité qui ne reconnaît aucune modification aux frontières du 4 juin 1967 à l'exception de celles convenues par les parties par la voie de négociations.

    Peu ébranlée par ces condamnations en cascade, l’ambassadrice américaine a estimé au contraire que Washington devait rester un partenaire privilégié : « Nous sommes plus engagés à promouvoir la paix des Israéliens et Palestiniens que nous ne l’avons jamais été auparavant. »

    Le conseil a pris note en pressant les Américains de faire des propositions détaillées pour un règlement israélo-palestinien.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.