GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 24 Janvier
Jeudi 25 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: recettes du cannabis, chacun veut sa part du gâteau au Canada

    media Un employé avec des plantes médicinales de marijuana dans la salle de floraison de Tweed INC. À Smith Falls, en Ontario, le 5 décembre 2016. Lars Hagberg / AFP

    Au Canada, Le Devoir revient sur le débat autour des recettes fiscales du cannabis. Son usage récréatif sera légalisé au Canada le 1er juillet et cela a provoqué des tensions entre le gouvernement fédéral et les institutions locales. Ces dernières réclamaient un meilleur partage des recettes entre l'Etat et les provinces pour « couvrir les coûts engagés » pour l’encadrement de la légalisation de la marijuana récréative sur leur territoire (des services policiers aux soins de santé, en passant par le système de distribution lui-même).

    Ces demandes ont, semble-t-il, été entendues. « Ce n’est pas la moitié, écrit Le Devoir, mais le quart des revenus fiscaux de la marijuana qu’Ottawa gardera finalement dans ses coffres ». 75% pour les provinces, donc. Pour le Québec, par exemple, cela représentera, 60 millions de dollars par an, près de 40 millions d'euros. Reste une interrogation: quelle somme reviendra aux villes, qui réclamaient « un tiers de la cagnotte » ? Le gouvernement fédéral « renvoie la balle aux provinces qui refusent de s’engager ».

    L’obésité a triplé au Mexique

    Le New York Times revient pour sa part sur les effets inattendus de l'accord de libre-échange américain, l'Aléna, sur le développement de l'obésité au Mexique. Le journal raconte à quel point le système alimentaire du Mexique s'est transformé en 20 ans environ, depuis que cet accord a provoqué l'arrivée de « la viande, du sirop de maïs à haute teneur en fructose, et des aliments transformés ». Au moment de la signature de l'Alena en 1994, certaines personnes avançaient que « le pays perdrait son indépendance culturelle et économique. Mais peu avaient prédit qu'il transformerait l'écosystème alimentaire mexicain en un écosystème de plus en plus semblable à celui de [son voisin américain] ».

    « En 1980, 7% des Mexicains étaient obèses, un chiffre qui a triplé pour atteindre 20,3 pour cent en 2016 », selon une étude de l'Université de Washington. « Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), le diabète est aujourd'hui la maladie qui fait le plus de morts au Mexique, avec 80 000 victimes par an ». Mais c'est aussi un signe de prospérité, nuance l'un des négociateurs de l'accord de libre-échange, dans le New York Times. Il souligne que sur la même période, le taux de malnutrition a aussi considérablement diminué.

    Brésil : un meurtre toutes les 10 minutes

    Avec à noter cette Une coup de poing de O Globo, rouge, avec un barillet de pistolet ouvert. Le titre ? « La guerre du Brésil » : c’est le titre d’une grande enquête du média brésilien sur les assassinats dans le pays. « Un toutes les dix minutes entre 2001 et 2015 », note le média brésilien. En 15 ans, cela représente une fois et demie la population de Lisbonne, écrit O Globo. Dans un autre papier, le média estime que le plan de sécurité du gouvernement fédéral est loin d'être adapté.

    Un vrai faux militaire au Canada

    C’est l'histoire d'un imposteur que nous raconte La Presse. « Un ancien attaché politique a pris part à des événements militaires vêtu d'un uniforme de major bardé de médailles alors qu'il n'avait jamais servi au sein des Forces armées canadiennes ». L'homme, visiblement, aime beaucoup jouer de la cornemuse lors des évènements militaires. Il apparait par exemple lors d'une messe pour les vétérans et dans plusieurs autres commémorations. La supercherie a été révélée sur une page Facebook « qui s'est donné pour mission de démasquer les gens qui se font passer pour des militaires ».

    Encore plus gênant : l'homme s'était présenté aux élections fédérales, sous la bannière des conservateurs, et plusieurs médias l'ont présenté à l’époque comme un vétéran de guerre. Le quotidien La Presse l'avait par exemple décrit à l'époque comme un « jeune militaire blessé en Afghanistan ». Le journal rappelle aujourd'hui que se faire passer pour un militaire « constitue une infraction criminelle au Canada ».

    Chronologie et chiffres clés
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.