GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
Dimanche 22 Juillet
Aujourd'hui
Mardi 24 Juillet
Mercredi 25 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    A la Une: aux Etats-Unis, enfin une victoire pour les démocrates

    media Le sénateur démocrate américain Doug Jones et son épouse Louise Jones saluent ses partisans lors de sa soirée électorale le 12 décembre 2017 à Birmingham, en Alabama. Justin Sullivan/Getty Images/AFP

    Le démocrate Doug Jones a remporté ce mardi l’élection sénatoriale qui se tenait dans l’Alabama. Cette défaite de parti républicain est surtout une défaite du président Donald Trump qui avait soutenu à plusieurs reprises Roy Moore, candidat conservateur accusé depuis des semaines d’agression sexuelles. « Victoire de Doug Jones : un renversement surprenant » titre ce matin USA Today.

    « Les démocrates jubilent et sont à nouveau confiants après cette victoire sur les terres de Trump » titre le Washington Post. Le quotidien revient sur cette première victoire depuis 1992 d’un démocrate dans cet Etat très conservateur et très pieux, à l’image du candidat républicain Roy Moore. Cette victoire de Doug Jones représente un véritable tremblement de terre estime le quotidien et pourrait lancer le parti démocrate sur de nouvelles bases après ses déconvenues depuis la défaite lors de la présidentielle il y a treize mois.

    Pour l’éditorialiste du New York Times, cette victoire est surtout une victoire de la décence et du bon sens, le quotidien fait là référence aux accusations d’agressions sexuelles proférées à l’encontre de Roy Moore tout au long de la campagne. Des vertus que l’éditorialiste croyait perdues dans cet Etat ultra conservateur. Certes cette victoire est très étriquée concède le quotidien, mais que ce soit pour l’Alabama, le Sénat ou la Nation : avoir Doug Jones à la place de Roy Moore est un véritable soulagement.

    Un revers électoral qui pourrait avoir de lourdes conséquences

    Tout d’abord comme le souligne le Washington Post cette défaite de Roy Moore ouvre de nouvelles perspectives pour le parti démocrate à quelques mois des élections de mi-mandat. Des perspectives notamment pour reprendre la main à la Chambre des représentants où les républicains ne bénéficient que d’une courte avance avec cinquante et un élus conservateurs contre quarante-neuf démocrates.

    Cette défaite ouvre aussi ou agrandi le fossé entre le camp Trump et le reste du parti républicain puisqu’une bonne partie de l’establishment du parti conservateur ne soutenait pas Roy Moore contrairement à Donald Trump. C’est donc un camouflet pour le président et pour son homme de l’ombre et ancien conseiller à la Maison Blanche Steve Bannon. Enfin cette défaite va avoir un impact sur l’agenda législatif des républicains car cela représente une voix en moins et donc l’obligation pour le parti de verrouiller ses plans avant de procéder au vote de nouvelle loi.

    Au Brésil la nouvelle audience de Lula fixée

    Le tribunal chargé du dossier Lula a fixé la date du jugement en appel de l'icône de la gauche au 24 janvier. Une information qui était très attendue puisque l’ancien président saura alors si sa condamnation à près de dix ans de prison pour corruption est confirmée en appel, une décision qui pourrait l'éliminer de la course à l'élection présidentielle d'octobre pour laquelle il reste à l’heure actuelle le grand favori détaille la Folha de Sao Paulo.

    Enquête de la justice vénézuélienne contre l’ancien directeur de PDVSA

    Les autorités vénézuéliennes annoncent l’ouverture d’une enquête contre l’ancien président de PDVSA, la compagnie pétrolière nationale. Rafael Ramirez fait l’objet d’une enquête pour corruption selon El Universal. Le procureur général Tarek William Saab, cousin de l'ancien patron de PDVSA, Diego Salazar, lui-même arrêté le 1er décembre, « l'accuse d'être son associé direct dans des opérations d'achat et vente de pétrole ». Des opérations qui ont permis à Diego Salazar de détourner et blanchir près de un milliard et demi d'euros d'argent public entre 2011 et 2012. Pour rappel Rafael Ramirez a été contraint de quitter son poste d'ambassadeur auprès de l'ONU la semaine dernière après les révélations sur cette affaire de corruption.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.