GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Décembre
Dimanche 16 Décembre
Lundi 17 Décembre
Mardi 18 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Décembre
Vendredi 21 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Chili face à de nouvelles vagues migratoires

    media Ces dernières années, beaucoup d'Haïtiens et Vénézuéliens se sont installés à Santiago. © Wikimedia Commons / flickr

    Depuis quelques années, le Chili fait face à une nouvelle immigration venant de deux pays en particulier : Haïti et le Venezuela. Ces personnes viennent s'ajouter à la traditionnelle immigration bolivienne, péruvienne ou même colombienne, mais aujourd'hui en baisse. La majorité des migrants choisissent le Chili à cause de sa stabilité et de sa relative bonne santé économique. Sans compter que ses frontières sont ouvertes à la plupart des nationalités.

    De notre correspondante à Santiago,

    Selon les données officielles, environ 200 000 personnes ont fait une demande de visa au Chili l'an dernier, soit 30 % de plus qu’il y a cinq ans. Parmi ces personnes, on trouve aujourd'hui en majorité des Vénézuéliens et des Haïtiens. A Santiago par exemple, leur accent se fait entendre partout dans le centre-ville alors qu'ils étaient auparavant beaucoup plus rares.

    Rien que sur les six premiers mois en 2017, les demandes de visa ont dépassé celles déposées au cours de toute l'année dernière par les Vénézuéliens. Cela dit, en dehors de la capitale, ces nouveaux arrivants sont beaucoup moins nombreux. Au niveau national, ils représentent une part infime de la population chilienne.

    De nombreuses difficultés pour les Haïtiens

    Au Chili, l'accueil est assez différent selon le pays d'origine. Globalement, les Vénézuéliens trouvent assez facilement du travail, même s'il ne correspond pas toujours à leurs diplômes, surtout au début. Ils bénéficient d'un certain capital sympathie auprès des Chiliens. Les échanges sont aussi faciles car les deux pays partagent la même langue.

    Par contre, les Haïtiens font face à de nombreuses difficultés. La plupart ne parlent pas espagnol en arrivant et sont davantage à la merci de réseaux qui leur font payer très cher leur logement par exemple. Leurs diplômes ne sont pas reconnus et ils se retrouvent le plus souvent dans des emplois précaires. Enfin, selon la sociologue Maria Emilia Tijoux, ils sont particulièrement victimes de préjugés racistes.

    Le Chili est un pays d'immigrés, mais la majorité d'entre eux sont arrivés il y a plus de 70 ou 80 ans. Dans l'histoire récente, les arrivées n'ont vraiment commencé qu'à partir de la fin de la dictature en 1990, et selon les mots de Maria Emilia Tijoux, le Chili « se pense toujours blanc » et « se veut blanc », ce qui favorise, dit-elle, ces préjugés racistes.

    De nouvelles restrictions ?

    Face à ce flux migratoire, un texte est actuellement en discussion au Parlement. Il pourrait aboutir à de nouvelles restrictions à l'entrée pour les étrangers. Cependant, le Chili vient d'élire un nouveau président, Sebastian Piñera, ou plutôt de le réélire, car le milliardaire a déjà gouverné le pays il y a quatre ans.

    A la fin de son premier mandat, il avait lui aussi présenté un texte sur l'immigration, finalement enterré par le gouvernement suivant. Il prévoyait notamment d'interdire aux étrangers l'accès aux soins médicaux publics, hormis les urgences, s'ils vivaient dans le pays depuis moins de deux ans.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.