GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 14 Juillet
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Aujourd'hui
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Jérusalem: «On pouvait s'attendre» à la résolution de l'ONU contre Washington

    media L'Assemblée générale de l'ONU ONU

    Les Etats-Unis ont essuyé jeudi 21 décembre une large condamnation de leur reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël à l'Assemblée générale de l'ONU, après avoir multiplié les menaces financières contre les pays opposés à leur position. Sur les 193 pays membres des Nations unies, 128 ont voté en faveur d'une résolution condamnant la décision annoncée le 6 décembre par Donald Trump, dont de nombreux alliés de Washington. Un vote qui n’a rien de surprenant selon Bertrand Badie, professeur des universités à Sciences Po, expert en relations internationales et notamment des Nations unies.

    Le nombre de votes contre [la résolution, donc en faveur des États-Unis - NDLR] se rapporte à des États qui sont des tout petits États et qui souvent d’ailleurs ont leur diplomatie prise en charge par les États-Unis eux-mêmes. (...) Donc il y a quand même un décrochage assez important, dans la mesure où ceux qui habituellement dans des votes difficiles votent avec les Etats-Unis se sont abstenus, et que les grands alliés traditionnels des Etats-Unis ont voté contre.
    Malgré le grand décrochage de soutiens des États-Unis, l'on pouvait s'y attendre. Bertrand Badie, professeur des Universités à Sciences Po, expert en Relations internationales et notamment des Nations Unies. 22/12/2017 - par Romain Lemaresquier Écouter

    Malgré le vote défavorable à Washington, la résolution adoptée n’a pas de portée juridique ou contraignante, selon Bertrand Badie. Mais le professeur affirme que cette résolution a tout de même une portée doublement symbolique : quant à l'isolement diplomatique de Washington, et quant à Jérusalem en tant qu'éventuelle capitale.

    Seules les résolutions votées au Conseil de Sécurité sont contraignantes. Donc, il ne se passera rien du point de vue juridique, du point de vue normatif ou du point de vue de la contrainte que ce vote pourrait exercer. En revanche, c’est quand même un élément doublement symbolique.
    La résolution de l'ONU signe l'isolement diplomatique de Washington Bertrand Badie, professeur des Universités à Sciences Po, expert en Relations internationales et notamment des Nations Unies. 22/12/2017 - par Romain Lemaresquier Écouter

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.