GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 13 Septembre
Samedi 14 Septembre
Dimanche 15 Septembre
Lundi 16 Septembre
Aujourd'hui
Mercredi 18 Septembre
Jeudi 19 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Pérou: confronté à une procédure de destitution, le président PPK sauve sa place

    media Le président du Pérou Pedro Pablo Kuczynski, défendant son intégrité devant le Parlement. Lima, le 21 décembre 2017. REUTERS/Mariana Bazo

    Le président péruvien reste au pouvoir. « La demande de destitution pour incapacité morale est rejetée », a déclaré le président du Parlement Luis Galarreta à l'issue du vote, jeudi 21 décembre 2017. La demande a recueilli 79 voix pour, 19 contre et 21 abstentions. Pour que Pedro Pablo Kuczynski soit destitué, 87 voix sur 130 parlementaires sont nécessaires. PKK est accusé de corruption pour ses liens financiers avec l'entreprise Odebrecht, géant du BTP brésilien. Un scandale qui éclabousse toute la région.

    Avec notre correspondant dans la région,  Eric Samson

    L’anti-fujimorisme avait permis son élection en juin 2016, en mobilisant le ban et l’arrière-ban des adversaires de l’ancien et polémique président Alberto Fujimori, actuellement en prison ? L’anti-fujimorisme vient de le sauver. Pedro Pablo Kuczynski restera bien le président du Pérou.

    A l’issue d’une journée marathonienne et dramatique, le chef d'Etat menacé de destitution pour « incapacité morale permanente » pour ses supposés liens avec la compagnie brésilienne Odebrecht, a réussi une fois de plus à mobiliser non pas pour lui mais contre les héritiers d’Alberto Fujimori.

    L’échec est sévère en premier lieu pour la fille de l'ancien président, Keiko Fujimori, adversaire malheureuse de PPK lors de la dernière présidentielle.

    La motion qui aurait provoqué la chute de Kuczynski avait besoin de 87 voix pour passer. Elle n’en a obtenu que 79. Ils sont 19 députés à avoir voté contre et 21 se sont abstenus. Kuczynski a de justesse réussi à convaincre les députés de gauche de ne pas voter.

    Bien que majoritaire au Congrès, le parti fujimoriste Force populaire est aujourd’hui divisé. Dix de ses députés se sont abstenus, dont Kenji Fujimori. Le fils de l’ancien président s’opposait à la destitution au nom de la stabilité politique et économique du Pérou et ne cache plus ses ambitions présidentielles.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.