GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Octobre
Samedi 20 Octobre
Dimanche 21 Octobre
Lundi 22 Octobre
Aujourd'hui
Mercredi 24 Octobre
Jeudi 25 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Le Venezuela déclare l'ambassadeur brésilien persona non grata

    media Le président vénézuélien Nicolas Maduro. Miraflores Palace/Handout via REUTERS

    Le Venezuela a déclaré l'ambassadeur du Brésil, Ruy Pereira, persona non grata, une décision annoncée ce samedi 23 décembre par l’Assemblée constituante, sous la coupe du président Nicolas Maduro. Selon Caracas, la mesure est effective jusqu'à ce que « soit rétabli l'ordre constitutionnel que le gouvernement a de facto violé ». Une allusion à l'arrivée au pouvoir de Michel Temer, suite à la destitution de Dilma Rousseff. La réaction du Brésil ne s'est pas fait attendre.

    Avec notre correspondant à São Paulo, Martin Bernard.

    Le gouvernement brésilien a réagi immédiatement aux mesures annoncées contre son diplomate en poste à Caracas. Celui-ci avait notamment critiqué la décision du 21 décembre dernier du gouvernement Maduro de supprimer les municipalités du Grand Caracas et d'Alto Apure, qui étaient acquises à l’opposition. En réponse, la présidente de l'Assemblée constituante, Delcy Rodriguez, a déclaré Ruy Pereira persona non grata.

    Selon le ministère brésilien des Affaires étrangères, cette mesure révèle une fois de plus « le caractère de l’administration Nicolas Maduro et son manque d’intérêt envers un quelconque type de dialogue ».

    Le Brésil, qui avait demandé avec succès en août dernier la suspension du Venezuela du Mercosur (Marché commun l’Amérique du Sud, qui comprenait l’Argentine, le Brésil, le Paraguay, l'Uruguay et le Venezuela - NDLR), assure qu’il prendra des mesures de rétorsion similaires, en vertu du principe de réciprocité.

    L’annonce de samedi intervient à quelques jours seulement après un sommet de ce marché commun à Brasilia, en novembre 2017. Le gouvernement Temer y avait alors affirmé que le Venezuela pourrait réintégrer le groupe régional dès qu’il respecterait les principes démocratiques.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.