GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 7 Décembre
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Aujourd'hui
Mercredi 12 Décembre
Jeudi 13 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Moyen-Orient

    Le Guatemala annonce le transfert à Jérusalem de son ambassade en Israël

    media Une vue du Dôme du Rocher dans la vieille ville de Jérusalem, le 4 décembre 2017. ©EUTERS/Ronen Zvulun

    Le président du Guatemala, Jimmy Morales, a annoncé dimanche 24 décembre son intention de transférer l'ambassade de son pays en Israël vers la ville de Jérusalem. Après les États-Unis, ce petit pays d'Amérique centrale est la première nation à décider d'un tel déplacement.

    Avec notre correspondant à Mexico, Patrick John Buffe

    En voulant transférer l'ambassade du Guatemala de Tel-Aviv à Jérusalem, le président Jimmy Morales emboîte le pas à Donald Trump et démontre son alignement inconditionnel à Washington, même s'il explique que sa décision repose sur les excellentes relations que son pays a toujours eues avec Israël.

    Le chef d'État a d'ailleurs fait savoir qu'il s'était entretenu, ce dimanche 24 décembre, avec le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, auquel il avait fait part de sa décision.

    Cette annonce n'est pas étonnante, car le Guatemala a été l'un des neuf pays à s'être rangé aux côtés des États-Unis et d'Israël lors du vote, jeudi 21 décembre, d'une résolution de l'Assemblée générale des Nations Unies. Celle-ci a condamné le choix de Washington de reconnaître Jérusalem comme la capitale de l'État hébreu.

    Le jour précédent, le président Donald Trump avait menacé les pays qui voteraient en faveur de cette résolution de les priver du soutien financier américain. Du fait que le Guatemala dépend beaucoup de l'aide économique des États-Unis, le président Jimmy Morales a donc cédé aux pressions de la Maison Blanche.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.