GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 19 Janvier
Samedi 20 Janvier
Dimanche 21 Janvier
Lundi 22 Janvier
Aujourd'hui
Mercredi 24 Janvier
Jeudi 25 Janvier
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    A la Une: la Colombie accusée de saboter le Noël des Vénézuéliens

    media Les «perniles» qui n'ont pas pu être fournis à la population ont provoqués des manifestations de vénézueliens le 28 décembre 2017. AFP Photos/FEDERICO PARRA

    Le gouvernement portugais n'a pas le pouvoir de « saboter » les importations de jambon. C’est la réponse de Lisbonne aux accusations du Venezuela. Le gouvernement Maduro a déclaré que si des millions de familles bénéficiaires d'un programme gouvernemental de distribution de nourriture n’avaient pas reçu leurs « perniles » avant les fêtes, c’est parce que le Portugal a cédé aux « pressions » des États-Unis qui imposent une « guerre économique » au Venezuela.

    La presse vénézuélienne avance, ce vendredi, une autre explication. Selon El Nacional, qui reprend les informations d'un média portugais, ces « perniles » n'ont pas été livrés, car l'entreprise n'a pas été payée. Le Venezuela aurait une dette d’environ 40 millions d'euros pour des commandes antérieures.

    Sabotage ou dette ?

    De son côté, le gouvernement se défend encore en accusant, après le Portugal, un autre pays, par l'intermédiaire, cette fois, du ministre de l'Agriculture urbaine. Freddy Bernal assure aussi la coordination des Clap, cette aide alimentaire gouvernementale attribuée à des millions de familles. Il affirme que 2200 tonnes de viande sont actuellement « retenues » à la frontière colombienne. La Colombie, rapporte Ultimas Noticias, qui est accusée comme le Portugal et les États-Unis de chercher à « saboter les fêtes des Vénézuéliens ».

    Pendant ce temps, plusieurs manifestations se sont déroulées jeudi soir encore dans plusieurs villes du pays, pour protester contre le manque d'eau, d'essence ou de nourriture, raconte El Universal. Des dizaines de manifestants sont notamment descendus à nouveau dans la rue pour réclamer ces jambons, dans l'État de Vargas, à Maiquetía, près de l'aéroport international.

    Un aéroport, où la fréquence des vols diminue. C'est Loop Haiti qui nous rapporte cette information ce vendredi. Le média haïtien s'étonne que le temps d'une journée, le 26 décembre, l'aéroport international Toussaint Louverture ait supplanté celui de Maiquetía - Simon Bolivar, au Venezuela. Trente-six vols pour le premier contre seize vols pour le second. Une information rapportée à l'origine par des médias vénézuéliens. Sur les réseaux sociaux, certains voient dans ces chiffres une preuve supplémentaire de la crise qui touche le pays.

    Venezuela : Libération de Carlos Graffe

    Un mot encore du Venezuela, avec la libération d'un opposant jeudi soir. Le journal El Carabobeño publie le premier cliché posté sur Twitter par Carlos Graffe, entouré de sa famille. C'est le dirigeant régional de Voluntad Popular à Carabobo, dans le nord du pays. Tal Cual rappelle qu'il a été arrêté le 13 juillet, accusé notamment « d'incitation à la rébellion ». D'abord emprisonné, il a ensuite été assigné à domicile le mois dernier, avant d'être finalement placé en liberté conditionnelle.

    Au Mexique : assassinat d’un député du PRD

    On part au Mexique maintenant. Saúl Galindo Plazola était candidat à la mairie de Tomatlán, dans l'État de Jalisco ; il était aussi président de la Commission de la Justice au sein du Parlement régional. Il a été abattu alors qu'il circulait à bord de sa voiture, avec son fils, qui lui sort indemne de cette attaque. Cet assassinat « surprend et indigne, écrit La Razón. C'est le troisième meurtre d'homme politique dans cet Etat en seulement trois semaines ».

    La coalition « Por México al Frente », à laquelle appartient le PRD, demande au gouvernement de renforcer la sécurité là où se tiendront des élections l'année prochaine, peut-on lire sur le site de Proceso. El Universal indique pour sa part qu'un autre homme politique, le maire de Petatlán, dans l'État de Guerrero, a aussi été assassiné cette nuit. Le nombre d'homicides cette année sera probablement supérieur à ceux, records, de 2010 et 2011. Mais « la situation et le contexte ne sont pas les mêmes », assure le commissaire national à la Sécurité, pour qui « la perception de la violence diffère de la situation réelle ». Il répond à une longue interview dans El Universal ce vendredi.

    États-Unis : victoire pour un couple de lesbiennes

    Un mot de l'Oregon, maintenant, où la Cour d'appel a enfin tranché, dans une histoire de gâteau de mariage. Elle confirme une décision d'un juge administratif de cet État américain. Le journal local The Oregonian, rapporte qu'elle a condamné deux boulangers de la ville de Gresham à payer 135 000 dollars à un couple de lesbiennes, à qui ils avaient refusé en 2013 de vendre un gâteau de mariage, invoquant leurs convictions religieuses. Cette décision, pour le juge de première instance, « envoie le signal fort que l'Oregon reste ouvert à tous ». Très critiqué, ce magistrat a néanmoins décidé de ne pas se présenter à sa réélection l'an prochain. Humiliation, harcèlement, menaces de mort : le couple de lesbiennes dit aussi vivre un enfer depuis le début de l'affaire.

    Trump se moque du réchauffement climatique

    Le président des États-Unis réagit de manière très particulière à la vague de froid qui touche l’est de l’Amérique du Nord. Dans un tweet, Donald Trump se moque du réchauffement climatique. « Ce pourrait être, dit-il, le réveillon le plus froid jamais enregistré. Peut-être pourrions-nous nous servir un tout petit peu de ce bon vieux réchauffement climatique pour lequel seul notre pays, et pas les autres, était sur le point de payer des MILLIERS DE MILLIARDS DE DOLLARS ». « Il semble ne pas faire la distinction, note le New York Times, entre la météo et le climat ». Ce qui lui a valu une réponse cinglante du directeur de l'Académie des Sciences de Californie. « Croyez-le ou non, écrit Jon Foley, le changement climatique existe vraiment, même s'il fait froid à l'extérieur de la Trump Tower. C'est comme la faim dans le monde, elle est toujours là, même quand vous venez de manger un Big Mac ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.