GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 13 Octobre
Dimanche 14 Octobre
Lundi 15 Octobre
Mardi 16 Octobre
Aujourd'hui
Jeudi 18 Octobre
Vendredi 19 Octobre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Trump dit avoir un «plus gros» bouton nucléaire que Kim Jong-un

    media Le président américain Donald Trump ici le 8 décembre dans un meeting à Pensacola en Floride. REUTERS/Carlo Allegri

    Aux Etats-Unis, un tweet de Donald Trump au sujet de la Corée du Nord et de son arsenal nucléaire suscite un torrent de réactions. Le président américain a comparé mardi soir sur les réseaux sociaux la taille des arsenaux nucléaires américain et nord-coréen sur un ton qui rappelle les cours de récréation. Réagissant aux déclarations de Kim Jong-un qui avait affirmé avoir le bouton nucléaire sur son bureau en permanence, Donald Trump a répliqué : « j’ai aussi un bouton nucléaire, et il est beaucoup plus gros et beaucoup plus puissant que le sien ».

    Avec notre correspondante à WashingtonAnne Corpet

    Pendant sa campagne, Donald Trump avait fait allusion à la taille de son sexe, et beaucoup d’internautes voient dans ce tweet sur son bouton nucléaire une nouvelle illustration de cet irrépressible besoin d’affirmer sa virilité, avec des illustrations qui frôlent parfois les limites du mauvais goût.

    Les questions sur la stabilité mentale du locataire de la Maison Blanche ont refait surface. Mais ce message a surtout alarmé de nombreux élus, diplomates ou experts, qui s’interrogent sur la possibilité du déclenchement intempestif d’une guerre nucléaire avec la Corée du Nord. « Il parle comme un enfant irritable de dix ans mais il dispose réellement de l’arme atomique » a ainsi rappelé un ancien conseiller de Georges Bush. « La diplomatie américaine est devenue complètement illisible » relève pour sa part un ancien ambassadeur, qui ajoute : « Cela crée une dangereuse confusion, surtout au sujet d’un dossier aussi brûlant que la Corée du Nord ».

    D’autres, plus sereins estiment que les tweets de Donald Trump n’ont plus aucun impact, qu’ils ne sont plus pris au sérieux sur la scène internationale et qu’ils illustrent seulement le comportement erratique du président.

    Enfin, les commentateurs les plus rigoureux précisent qu’il n’existe pas de bouton nucléaire sur le bureau de Donald Trump. Le président américain dispose en fait d’une petite carte qui comporte des codes secrets uniques et qu’il doit constamment porter sur lui. On appelle cette carte « le biscuit ». Mais on ignore sa taille exacte.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.