GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Mercredi 19 Septembre
Jeudi 20 Septembre
Aujourd'hui
Samedi 22 Septembre
Dimanche 23 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    • Tanzanie: plus de 40 morts dans le naufrage d'un ferry sur le lac Victoria (autorités)
    Amériques

    Venezuela: les pillages se multiplient sur fond d'inflation record

    media Un supermarché pillé à Maracay dans l'Etat d'Aragua au Venezuela, le 27 juin 2017. FEDERICO PARRA / AFP

    Au Venezuela, les pillages nocturnes de supermarchés et d'autres magasins d'alimentation sont de plus en plus réguliers face à l'hyperinflation. La presse vénézuélienne évoque des scènes de chaos dans l'est et le nord du pays, notamment dans l'Etat d'Aragua où les forces de l'ordre n'ont pu empêcher le vol de la cargaison d'un camion. Le pays souffre d'une inflation galopante et de graves pénuries d'aliments et de médicaments.

    A Guayana, dans l'est du pays, la garde nationale et la police ont dû tirer en l'air pour disperser les pilleurs d'un supermarché. De telles scènes sont rapportées par la presse vénézuélienne chaque jour, particulièrement depuis les fêtes de fin d'année. Et elles ne sont pas forcément condamnées par la population locale.

    Haydee Chirinos vit à Punto Fijo, dans l'Etat de Falcon, dans l'est du pays, une zone également touchée par ces pillages. « Un kilo de viande coûte plus cher que le salaire mensuel d'un ouvrier et le prix peut augmenter en quelques heures le même jour, assure-t-il. C'est donc très difficile d'avoir accès à la nourriture, et puis il n'y en a pas, ou très peu ! Par exemple, quand on va dans les boucheries, il n'y a pas de viande, pas de poulet. Tous ces gens qui n'ont plus accès à la nourriture sont tellement désespérés qu'il ne leur reste plus qu'à piller. »

    Le FMI prévoit une inflation de 2 300 % en 2018. Vendredi, le gouvernement vénézuélien avait ordonné aux chaînes de supermarchés privées de baisser leur prix. Il a aussi à nouveau relevé le salaire minimum de 40 % au 1er janvier. Des salaires qui ne cessent pourtant de baisser en raison de la constante dépréciation du bolivar. Une situation attribuée par le président Nicolas Maduro à l'opposition et aux Etats-Unis, complices selon lui d'une guerre économique contre le Venezuela.

    Face à une situation économique qui ne cesse de s'aggraver, le pape François a évoqué ce lundi une crise « sans précédent ». Il appelle « à répondre sans tarder aux besoins primaires de la population ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.