GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 8 Décembre
Dimanche 9 Décembre
Lundi 10 Décembre
Mardi 11 Décembre
Aujourd'hui
Jeudi 13 Décembre
Vendredi 14 Décembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Naturalisé par l’Equateur, Julian Assange reste bloqué à l’ambassade à Londres

    media Le créateur australien de WikiLeaks Julian Assange, au balcon de l'ambassade équatorienne à Londres, le 19 mai 2017. REUTERS/Peter Nicholls

    Le cyberactiviste et fondateur de WikiLeaks Julian Assange a obtenu, jeudi 11 janvier, la nationalité équatorienne. Il n’en reste pas moins toujours bloqué dans les locaux de l’ambassade équatorienne à Londres.

    Avec notre correspondant à Quito,  Eric Samson

    1729926483. Voilà le numéro de carte d’identité équatorienne de Julian Assange qui s’est affiché sur son compte Twitter portant le maillot de l’équipe équatorienne de football.

    Selon la ministre locale des Affaires étrangères et de la Mobilité humaine, Maria Fernanda Espinosa, le fondateur de WikiLeaks a fait sa demande de naturalisation le 16 septembre dernier et a obtenu la nationalité le 20 décembre.

    La date n’est pas neutre. Ce même jour, le ministère a demandé aux autorités britanniques d’accepter un statut de personnel consulaire pour Julian Assange.

    Cela aurait permis au journaliste équato-australien de quitter l’ambassade où il est reclus depuis 5 ans grâce à son statut diplomatique. Cette demande a été refusée par Londres dès le 21 décembre, confirmant ainsi les informations publiées récemment par le quotidien britannique The Guardian.

    Même si la plainte pour supposés délits sexuels a été archivée par la justice suédoise, les autorités britanniques reprochent à Assange d’avoir violé les termes de sa libération conditionnelle en se réfugiant dans les locaux de l’ambassade équatorienne à Londres. Elles lui demandent de se rendre alors que la ministre Espinosa qualifie la situation d’Assange d’humainement « insoutenable ».

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.