GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Jeudi 19 Juillet
Vendredi 20 Juillet
Aujourd'hui
Dimanche 22 Juillet
Lundi 23 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Etats-Unis: pour Trump, Haïti et le Salvador sont «des pays de merde»

    media Donald Trump dans le bureau ovale à la Maison Blanche le 10 janvier 2018. REUTERS/Carlos Barria

    Nouvel écart de langage raciste pour le président américain Donald Trump qui a qualifié Haïti et le Salvador, ainsi que plusieurs nations africaines de « pays de merde ». Le président s'est exprimé ainsi alors que des sénateurs venaient lui présenter un compromis trouvé sur l'immigration. Plusieurs élus républicains et démocrates ont fait part de leur indignation.

    Avec notre correspondante à Washington, Anne Corpet

    Plusieurs sources ont rapporté la scène et la Maison Blanche ne l'a pas démentie. Des sénateurs étaient dans le bureau ovale et présentaient au président le projet de compromis conclu sur l'immigration.

    Les républicains imposaient la limitation du regroupement familial, la fin de la loterie pour obtenir des cartes vertes, et des mesures de sécurité à la frontière. Les démocrates obtenaient la prolongation du droit de résidence pour les jeunes « dreamers », arrivés lorsqu'ils étaient mineurs dans le pays, et celle du statut de protection temporaire pour les Haïtiens et les Salvadoriens.

    C'est alors que le président a lâché, évoquant aussi les ressortissants africains : « Pourquoi voulons-nous que toutes ces personnes issues de pays de merde viennent ? »

    Roberto Lopez, vice-président de la Chambre de commerce des Salvadoriens aux Etats-Unis, n'en revient pas. « C'est terrible, c'est terrible... Je veux dire, ce n'est pas un langage à utiliser. J'attends autre chose du président américain, du leader du monde libre. C'est incroyable qu'il ait dit ça… », a-t-il lâché au micro de RFI.

    Plusieurs élus ont immédiatement réagi après ces propos fort peu présidentiels. Mia Love, représentante républicaine d'origine haïtienne a notamment commenté : « Cela va à l'encontre de nos valeurs nationales. Cette attitude est inacceptable de la part du dirigeant de notre pays ».


     ■ Les médias américains hésitent à reprendre « les obscénités » de Trump

    Sur NBC, le présentateur du journal du soir a pris des précautions : « Ce qui qui suivra n'est pas adapté pour nos téléspectateurs les plus jeunes. » Son collègue d’ABC s'est montré encore plus prudente voire pudique : « Nous n'allons pas répéter les obscénités proférés par le président Trump. »

    Visiblement embarrassé aussi le correspondant de CNN à la Maison Blanche : « Je sais que vous hésitez à utiliser cette expression, a-t-il lancé au présentateur. Eh bien moi aussi, j'hésite. » L’expression, c’est bien sût « shithole countries », donc « pays de merde » en français.

    Sur la chaîne Fox News, proche de Donald Trump, le nouveau dérapage raciste apparait dans le bandeau « Breaking News » en bas de l'écran avec des astérisques.

    Selon un responsable de l'agence de presse AP, ces propos émanant du président des Etats-Unis, ont forcément une haute valeur d'information.  De toute façon, selon un ancien journaliste de CNN, certains verrous ont sauté depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump. L'opinion publique n'est plus vraiment choqué d'entendre ce genre de langage.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.