GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Dimanche 15 Juillet
Lundi 16 Juillet
Mardi 17 Juillet
Mercredi 18 Juillet
Aujourd'hui
Vendredi 20 Juillet
Samedi 21 Juillet
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Chili: des églises de la capitale attaquées avant la visite du pape

    media Vitres brisées d'un église de Santiago, le 12 janvier 2018. REUTERS/Christian Iglesias

    Au Chili, cinq églises de la capitale ont été visées par des attaques à l'explosif ou tentatives d'attaque dans la nuit de jeudi à vendredi. Aucun blessé n'est à recenser mais ces faits interviennent à quelques jours de la visite du pape François dans le pays. Le souverain pontife est attendu lundi soir à Santiago, pour une visite de trois jours.

    Avec notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine

    Des explosions au milieu de la nuit dans deux églises, une tentative d'incendie, rapidement maîtrisé, puis plusieurs engins explosifs inopérants découverts dans d'autres bâtiments religieux de la capitale... Les faits étonnent par leur nombre, et car la ville est peu habituée à ce genre d'attaques.

    Ces dernières années, plus d'une vingtaine de bâtiments religieux ont bien été visés par des incendies volontaires, mais ça se passait dans le sud du pays, en Araucanie. Une région marquée par un long conflit social et politique, et la revendication des terres ancestrales des indiens Mapuches, la principale ethnie indigène du Chili.

    Vendredi, des messages laissés dans deux des églises attaquées faisaient d'ailleurs référence aux indiens Mapuche, tout en menaçant le pape : « François, les prochaines bombes seront dans ta soutane », disait l'un des documents.

    Plainte déposée

    Pour autant, la commission chargée d'organiser la visite du pape a tenu à faire la différence entre ces violences et les mouvements sociaux : pour son porte-parole, il serait injuste de relier ces attaques à des revendications sociales qu'il considère légitimes.

    Le gouvernement a porté plainte pour faire la lumière sur les faits, et souligne qu'il est pour l'instant impossible d'affirmer si les actions violentes de ce vendredi sont liées ou non entre elles.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.