GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Dimanche 22 Avril
Lundi 23 Avril
Aujourd'hui
Mercredi 25 Avril
Jeudi 26 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Chili: les chiffres «injustement» modifiés de la Banque mondiale font polémique

    media La modification des indicateurs dans un rapport de la Banque mondiale sur le climat des affaires a porté préjudice au Chili sous la présidence Bachelet. Reuters

    La Banque mondiale a « injustement » modifié les indicateurs de l'un de ses principaux rapports annuels, au préjudice du Chili. C'est ce qu'a reconnu vendredi soir dans le Wall Street Journal l'économiste en chef de cette agence financière des Nations unies. Paul Romer a expliqué que la méthodologie de ce rapport sur le climat des affaires serait corrigée au moins en ce qui concerne les quatre dernières années. Or, cette période correspond au dernier mandat de la présidente socialiste sortante, Michelle Bachelet.

    Avec notre correspondante à Santiago, Justine Fontaine

    La présidente Michelle Bachelet a réagi sur son compte twitter ce samedi : « Les classements internationaux ont un impact sur l'investissement [...], compte tenu de la gravité des faits nous demanderons à la Banque mondiale une enquête approfondie », a affirmé la socialiste, sur le point de quitter le pouvoir.

    Son ministre de l'économie a été plus sévère : il parle d'un « véritable scandale », d'une « arnaque ».

    Il faut dire que les déclarations de l'économiste en chef de la Banque mondiale sont fortes : Paul Romer admet que les indicateurs du rapport annuel sur le climat des affaires dans le monde ont été modifiés, portant préjudice au Chili sous la présidence de Michelle Bachelet, et ajoute que ces changements méthodologiques pourraient avoir été faits à des fins politiques, sans relation avec la réalité. Il a présenté ses excuses au pays.

    Conséquence politique

    Pour autant, de son côté, l'économiste responsable du rapport sur le Chili, lui-même originaire de ce pays, a nié toute volonté de manipulation.

    Lors de la toute récente campagne présidentielle, Sebastian Piñera avait insisté sur ses capacités à relancer les investissements dans le pays et lourdement critiqué le bilan économique de Michelle Bachelet.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.