GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mercredi 18 Avril
Jeudi 19 Avril
Vendredi 20 Avril
Samedi 21 Avril
Aujourd'hui
Lundi 23 Avril
Mardi 24 Avril
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Guterres en Colombie pour encourager le processus de paix avec les guérillas

    media Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, et le président colombien Juan Manuel Santos à Bogota, le 13 janvier 2018. REUTERS/Jaime Saldarriaga

    Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, est en Colombie pour le weekend. Il doit aborder deux thèmes avec le président colombien Juan Manuel Santos : l'avancée de la mise en place des accords de paix avec les FARC et d'un nouveau cessez-le feu avec la dernière guérilla active, l'ELN, l'Armée de libération nationale. Une nouvelle attaque du groupe a d'ailleurs eu lieu ce samedi : l'enlèvement d'un ingénieur colombien.

    Avec notre correspondante en Colombie, Najet Benrabaa

    La visite du secrétaire général de l'ONU est tout d'abord une preuve de soutien au processus de paix colombien malgré les difficultés comme la hausse du nombre d'assassinats de leaders sociaux depuis la signature des accords de paix ou encore l'insécurité dans les zones post-conflits.

    Ce dimanche, Antonio Guterres se rendra d'ailleurs dans celle du département du Meta où des ex-combattants FARC sont en train d'être formés pour une réintégration dans la vie civile.

    Difficile apaisement avec l'ELN

    Ensuite, l'autre dossier complexe que doit aborder le secrétaire général sera celui des négociations de paix avec le groupe ELN auxquelles participent également l'ONU.

    Depuis la fin du cessez-le-feu le 9 janvier, au moins six attaques contre les forces de sécurité colombiennes ou des infrastructures pétrolières ont été attribuées à l'ELN.

    La dernière a eu lieu ce samedi. Un ingénieur colombien aurait été enlevé dans la zone frontalière avec le Venezuela. L'homme de 41 ans collabore avec la principale compagnie pétrolière colombienne, Ecopétrol. Deux hommes encagoulés et armés l'ont kidnappé dans son bureau de la municipalité de Saravena.

    Cette attaque tend encore plus les relations entre l'ELN et le gouvernement colombien qui a déjà suspendu les négociations.

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.