GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Samedi 15 Septembre
Dimanche 16 Septembre
Lundi 17 Septembre
Mardi 18 Septembre
Aujourd'hui
Jeudi 20 Septembre
Vendredi 21 Septembre
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Dernières infos
    Amériques

    Equateur: l'ex-président Rafael Correa quitte le parti qu'il a fondé

    media L'ex-président équatorien, Rafael Correa, s'adresse à ses sympathisants le 29 novembre 2017 à Quito. Reuters

    En Equateur, l'ancien président Rafael Correa a quitté l'Alliance Pays, le parti qu'il avait lui-même fondé en 2006 et avec qui il a gouverné pendant une décennie (de 2007 à 2017). Cette scission constitue un point de non-retour dans la lutte pour le pouvoir que se livrent l'ex-chef d'Etat et son successeur, l'actuel président Lenin Moreno.

    Cette fois-ci, les jeux semblent faits. Rafael Correa et une vingtaine d'autres dirigeants et élus d'Alliance Pays ont quitté le parti. La fracture au sein du clan gouvernemental est donc officielle.

    L'actuel président équatorien Lenin Moreno, que Rafael Correa avait lui-même lancé dans la course à la présidence pour lui succéder, est depuis tombé en disgrâce auprès de son ancien mentor. Car Lenin Moreno a eu l'idée d'organiser un référendum.

    Le 4 février, les Equatoriens sont appelés aux urnes afin de se prononcer sur un amendement constitutionnel visant à supprimer le principe de réélection illimitée. Si le oui l’emporte, Rafael Correa n'aura plus aucun moyen de revenir au pouvoir.

    Furieux contre son successeur, l'ex-chef de file de la gauche équatorienne avait donc annoncé vouloir créer sa propre formation politique, baptisée Révolution citoyenne, fidèle au leitmotiv des politiques socialistes qu'il avait mené lors de son passage au pouvoir. Mais ce mercredi 17 janvier, le Conseil national électoral a refusé l'enregistrement de ce nouveau parti pour « manquements légaux et règlementaires ».

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.