GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Jeudi 16 Août
Vendredi 17 Août
Samedi 18 Août
Dimanche 19 Août
Aujourd'hui
Mardi 21 Août
Mercredi 22 Août
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Prêtres pédophiles au Chili: le pape prend la défense de l'évêque Juan Barros

    media Juan Barros, évêque d'Osorno, a assisté à toutes les messes célébrées par le pape François lors de sa visite au Chili comme ici à Temuco, le 17 janvier 2018. Le religieux est soupçonné d'avoir couvert les agissements du prêtre pédophile Fernando Karadima. Claudio Reyes/AFP

    Le pape était très attendu au Chili en raison des nombreuses affaires de prêtres pédophiles qui ont défrayé la chronique dans ce pays encore profondément catholique. Or le pape François a défendu avec véhémence jeudi 18 janvier un évêque particulièrement décrié au Chili. Juan Barros est en effet soupçonné d'avoir tu les agissements d'un vieux prête pédophile.

    La présence de Juan Barros aux grandes messes célébrées par le pape depuis son arrivée au Chili a choqué l'opinion publique. Depuis des jours, les victimes d'actes pédophiles demandent au pape de destituer cet évêque dont la nomination, en mars 2015 par le pape François lui-même au diocèse d'Osorno, dans le sud du Chili, avait déjà provoqué une vague d'indignation.

    Car Juan Barros est soupçonné d'avoir couvert des années durant les agissements pédophiles du père Fernando Karadima. En 2011, ce formateur de prêtres a été reconnu coupable par un tribunal du Vatican d'avoir commis des actes pédophiles dans les années 80 et 90.

    L'évêque Barros a toujours nié avoir eu connaissances des crimes commis par Fernando Karadima qui a été son père spirituel durant 35 ans. Pris à parti par des journalistes, le pape François a défendu ce jeudi avec véhémence l'évêque contesté. « Le jour où vous m'apportez une preuve contre l'évêque Barros, je me prononcerai, a assuré le pape. Il n'y a pas une seule preuve contre lui. Tout cela est calomnie. C'est clair ? »

    Des paroles qui risquent de jeter de l'huile sur le feu car certaines victimes du père Karadima affirment que non seulement Juan Barros avait connaissance des agissements du prêtre, mais qu’il aurait aussi assisté à certaines agressions.

    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.