GRILLE DES PROGRAMMES
Monde
Afrique
Mardi 22 Mai
Mercredi 23 Mai
Jeudi 24 Mai
Vendredi 25 Mai
Aujourd'hui
Dimanche 27 Mai
Lundi 28 Mai
    Pour profiter pleinement des contenus multimédias, vous devez avoir le plugin Flash installé dans votre navigateur. Pour pouvoir vous connecter, vous devez activer les cookies dans les paramètres de votre navigateur. Pour une navigation optimale, le site de RFI est compatible avec les navigateurs suivants : Internet Explorer 8 et +, Firefox 10 et +, Safari 3 et +, Chrome 17 et + etc.
    Amériques

    Bolivie: les manifestations s’intensifient contre le président Morales

    media Des opposants au nouveau Code pénal défilent à La Paz, le 22 janvier 2018, pendant une manifestation contre le président Evo Morales. REUTERS/David Mercado

    En Bolivie, les manifestations, parfois violentes, se multiplient ces dernières semaines. Les citoyens du pays andin expriment leur mécontentement face à leur président et à sa politique, mais surtout face à sa décision de se présenter une nouvelle fois à l’élection présidentielle.

    Avec notre correspondante à LimaAlice Campaignolle

    Il ne se passe pas un jour sans que les Boliviens ne descendent dans la rue. La Paz, Santa Cruz, Cochabamba, c’est le pays entier qui se mobilise. Les manifestations ont démarré en novembre dernier avec les médecins protestant contre le nouveau Code pénal. Se sont ajoutés les transporteurs, les producteurs de coca, certains syndicats, et beaucoup de « simples citoyens ».

    Le président Evo Morales, face à la pression de la rue, vient d’annoncer que le Code pénal serait abrogé, avant même d’avoir pu être appliqué.

    Pourtant la grogne sociale ne cesse pas. Car en réalité derrière le Code pénal c’est un ras-le-bol général qui s’exprime, un ras-le-bol face à Evo Morales. Et notamment depuis la décision juridique, fin novembre, de lui permettre de se présenter une nouvelle fois à l’élection présidentielle, alors que la Constitution l’interdit et que la majorité des Boliviens avaient dit « non » à une quatrième candidature lors d’un référendum en 2016.

    Sur les pancartes des manifestants ces jours-ci on peut lire « stop aux mensonges » ou « non à la dictature ». L’élection présidentielle doit avoir lieu fin 2019, les tensions sociales ne font que commencer.

    (Re) lire : Bolivie: élection des juges au suffrage direct, les Boliviens excédés

    Chronologie et chiffres clés
    Sur le même sujet
    Commentaires

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

    Republier ce contenu

    X

    Vous êtes libres de republier gratuitement cet article sur votre site internet. Nous vous demandons de suivre ces Règles de base

    Le Partenaire s'engage à ne pas porter atteinte au droit moral des journalistes. A ce titre, le Contenu devra être reproduit et représenté par le Partenaire tel qu'il a été mis à disposition par RFI, sans modifications, coupures, ajouts, incrustations, altérations, réductions ou insertions

    Ajoutez cet article à votre site Web en copiant le code ci-dessous.

     
    Désolé mais le délai de connexion imparti à l'opération est dépassé.